Antiacides

Antiacides : 16 millions de Français en danger ?

Chère lectrice, cher lecteur,

C’est un scandale qui dure depuis de trop longues années, à propos d’un produit prescrit à tour de bras.  

Je veux parler des médicaments « antiacides » qui servent à soulager les reflux gastriques.

Les scientifiques les appellent les IPP, pour « inhibiteurs de la pompe à proton ».

Quand je vous parle d’un scandale à grande échelle, c’est que 1 Français sur 4 en consomme ![1]

A priori, ces « médicaments » ne font qu’empêcher la production d’acide par votre estomac.

Malheureusement, sur le long terme, c’est une vraie catastrophe pour votre système digestif, attestée par les études les plus sérieuses.

Mais elles passant sous silence l’engrenage qui se referme sur les très nombreux consommateurs…

Les antiacides finissent par vous rendre accro

Car le plus gros problème avec les antiacides, c’est que, rapidement, vous n’arrivez plus à vous en passer.

Après chaque repas, dès que vous ressentez les premières brûlures, vous sautez sur votre boîte de médicaments.

Sur le coup, vous êtes soulagé. Mais, très vite, il faut augmenter les doses.

Puis arrive le jour où votre médecin vous dit cette phrase terrible :

« Je n’ai pas plus fort que ça à vous proposer, désolé »

Pourtant, cesmédicaments sont si désastreux à long terme que même l’ANSM, l’autorité sanitaire officielle, déconseille d’en prendre régulièrement.[2]

Dépression, fracture, cancer… ce que vous risquez en prenant des IPP

Soyons clairs : prendre un antiacide une fois de temps en temps ne détériore pas votre santé de façon nette et radicale.

Mais, en cas de prise prolongée, leurs effets secondaires deviennent inquiétants :

Indigestion, anxiété, constipation, insomnies…

Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Les études faites sur ce sujet sont effarantes. Des chercheurs suisses ont ainsi relevé les risques d’une prise à long terme[3] : Augmentation des infections digestivesHausse des infections respiratoiresMultiplication des fracturesApparition de troubles métaboliques (avec risques de cancer)  

D’autres études sont venues encore noircir le tableau :

  • D’après des chercheurs allemands, les IPP augmenteraient de 44 % le risque de maladie d’Alzheimer[4]
  • En étudiant les dossiers médicaux de 2,9 millions de patients, les chercheurs de la prestigieuse université de Stanford ont découvert que les IPP multiplient par 2 le risque de mourir d’une maladie cardio-vasculaire[5].
  • Le risque d’insuffisance rénale aiguë serait 2 à 3 fois plus élevé chez les patients sous traitement d’IPP[6].

C’est d’autant plus regrettable que les antiacides ne résolvent absolument pas vos problèmes de reflux gastriques.

Les antiacides, vous pouvez largement vous en passer

C’est un fait médical solidement établi : le plus souvent, les IPP sont inutiles.

L’estomac est par définition un milieu acide : c’est dans ce « bain » que les aliments sont dissous, afin que votre corps absorbe les nutriments.

Sans acidité dans votre estomac, votre digestion est moins efficace, et surtout, cela facilite beaucoup les infections !

Avec les antiacides, les bactéries nocives prolifèrent.

Elles se développent jusque dans vos intestins – or il s’agit de la partie la plus fragile de votre organisme.

Voilà pourquoi le risque d’infection gastrique augmente avec les antiacides.

Pour lutter RÉELLEMENT contre vos reflux gastriques, il n’y a malheureusement qu’un seul moyen :

Vous attaquez aux origines du problème.

Pourquoi ne pas en finir pour de bon avec vos remontées acides ?

Il existe une solution naturelle qui met fin à vos remontées acides, et qui élimine la bactérie qui en est le plus souvent la cause.

Et elle est sans le moindre effet secondaire.

Il s’agit d’un remède qui a fait ses preuves depuis plusieurs années, appelé Phytogast. Je le prescris systématiquement à mes patients qui souffrent de remontées acides.

Bien sûr, il faut du temps pour rééquilibrer l’acidité de l’estomac… Surtout si cela fait 10 ans (ou plus) que vous prenez des IPP tous les jours.

Mais l’avantage de Phytogast est qu’il s’attaque aux causes profondes de l’acidité de l’estomac, notamment la faiblesse de la muqueuse, ou l’infection par Helicobacter Pylori. 

Si vous voulez tout savoir sur ce remède qui respecte votre système digestif et qui est parfaitement naturel, vous pouvez cliquer ici.

Pour qu’enfin, vos remontées acides ne soient bientôt plus qu’un souvenir.

Dr. Thierry Schmitz


Sources

Sources :

[1] https://www.has-sante.fr/jcms/p_3213773/fr/les-ipp-restent-utiles-mais-doivent-etre-moins-et-mieux-prescrits

[2] https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Pres-de-16-millions-de-personnes-ont-eu-une-prescription-d-inhibiteurs-de-la-pompe-a-protons-IPP-en-2015-en-France-Point-d-Information

[3] https://www.revmed.ch/RMS/2015/RMS-N-485/Inhibiteurs-de-la-pompe-a-protons-IPP-peut-etre-pas-si-inoffensifs-que-cela

[4] Association of Proton Pump Inhibitors With Risk of Dementia – A Pharmacoepidemiological Claims Data Analysis JAMA Neurology February 15 2016 doi:10.1001/jamaneurol.2015.4791

[5] Proton Pump Inhibitor Usage and the Risk of Myocardial Infarction in the General Population, Shah NH, LePendu P, Bauer-Mehren A, Ghebremariam YT et al. PLoS ONE, 2015, 10(6): e0124653. DOI:10.1371/journal.pone.0124653 June 10, 2015

[6] Paquot, F., Krzesinski, J. (2017). ‘Inhibiteurs de la pompe à protons et risque d’insuffisance rénale’, Rev Med Suisse 2017; volume 3. no. 571, 1427 – 1430. doi: 10.53738/REVMED.2017.13.571.1427

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.