Photo cerisier

Les 6 bienfaits étonnants de la cerise

Chère lectrice, cher lecteur,

L’une de mes plus grandes fiertés vient des arbres de mon jardin. Et d’un arbre en particulier, surtout lorsque je le vois fleurir quand arrivent les beaux jours.

Je veux bien entendu parler du cerisier.

Ses fleurs blanches et roses m’invitent chaque fois à une contemplation sans retenue.

Et la semaine où mon cerisier fleurit, je reste tous les soirs assis devant, un verre de vin doux à la main, à méditer sur les beautés fugaces de la nature.

Heureusement, cet arbre ne me comble pas seulement de poésie, de mélancolie et de méditation.

Il me comble aussi de cerises !

Et cela tombe bien, si j’ose dire, car la cerise est aussi goûtue et délicate au palais qu’elle est saine et bonne pour la santé…

Tant que vous ne la noyez pas sous le sucre !

Retrouvez le sourire avec la cerise

La cerise est pleine de bienfaits nutritionnels… et médicinaux !

Car les bienfaits de la cerise sont très nombreux. De quoi vous déculpabiliser d’en manger !

La cerise est riche en nutriments, alors que sa teneur en calories est plutôt faible – ce qui veut dire qu’elle ne fait pas tellement grossir…

Elle contient beaucoup de fibres (pour la digestion), des polyphénols (anticancer et antiâge), des caroténoïdes (essentiels pour une bonne vue), de la vitamine C et du potassium1

En plus, elle contient du tryptophane, un important acide aminé, qui permet la production de la sérotonine : une hormone indispensable pour un bon moral et un bon sommeil2.

D’après ces études, les cerises douces seraient les plus concentrées en polyphénols, tandis que les cerises acidulées seraient les plus riches en anthocyanes.

Or, les anthocyanes sont ces petites molécules si présentes dans la myrtille par exemple, et qui sont un atout sans pareil pour vos yeux, en prévenant la DMLA et en améliorant la vision nocturne3.

Elles représentent également une puissante protection contre la lumière bleue des écrans d’ordinateurs, de tablettes et de téléphones, qui endommagent gravement les yeux4.

Mais les bienfaits de la cerise vont encore beaucoup plus loin que vous ne l’imaginez.

Un anti-inflammatoire et anti-diabète ?

Pas moins de 11 études ont prouvé que la cerise réduisait les marqueurs de l’inflammation.

Cette information est aussi pertinente pour les personnes qui sont atteintes de maladies auto-immunes, d’arthrose et d’arthrite, mais aussi pour les sportifs.

Ainsi, dans 8 études sur 9, la consommation de cerises a prouvé pour les sportifs une diminution de douleur due à l’effort, mais aussi de la perte de force5.

Toutefois, les doses de cerises avalées étaient conséquentes pour les besoins de l’étude : entre 50 et 270 par jour !6

Concernant le diabète, les résultats sont plutôt prometteurs. Même si les cerises ne présentent pas de qualités préventives sur les non-diabétiques.

Sur des femmes diabétiques, un essai clinique de 6 semaines, avec 40 grammes de concentré de cerises par jour (720 mg d’anthocyanes par jour) a entraîné une réduction de l’hémoglobine glyquée, marqueur du diabète.

Elle n’a toutefois pas causé une réduction significative de la glycémie à jeûn (seulement une baisse de 8%)7, mais fait très intéressant, elle a notablement fait diminuer la pression artérielle (systolique et diastolique).

De fait, il a été prouvé que la forte proportion d’anthocyanes dans les cerises peut diminuer la glycémie.

Car ces anthocyanes (des tanins) :

  • ralentissent la production de glucose à partir de glucides complexes,
  • ralentissent la production de glucose hépatique,
  • diminuent la production de glucagon par les cellules α pancréatiques
  • augmentent l’absorption hépatique de glucose
  • augmentent la production d’insuline par les cellules pancréatiques β8

Je ne saurais donc trop vous inciter à manger des cerises si vous avez un penchant pour le sucré.

La cerise contre Alzheimer, et pourquoi pas ?

Quelques autres bienfaits des cerises, et pas des moindres : il a été effectivement prouvé qu’elles amélioraient le sommeil : dans les 3 jours pour les cerises sucrées9, et dans les 5 jours pour les cerises acidulées10.

Et elles sont également porteuses d’espoir, car il a été prouvé sur les souris qu’elles amélioraient la mémoire11, et prévenaient la maladie d’Alzheimer12.

Ces études sont importantes, car il serait difficile de mobiliser des centaines de malades d’Alzheimer pour une étude sur les bienfaits d’un fruit – donc financée par aucune industrie pharmaceutique.

Maintenant, si comme moi, vous aimez ce fruit des beaux jours, je vous recommande un clafoutis sans sucre ajouté :

Pour cela il vous faut un demi-kilo de cerises, 130 grammes de lait, 2 œufs, 30 grammes de farine blanche bio, une gousse de vanille et du sel fin (sans ajout).

Même si vos cerises sont bio, il est important de les laver soigneusement et de les dénoyauter, puis de les réserver.

Ensuite, dans un bol, versez les œufs, la gousse de vanille, un tout petit peu de lait et la farine. Battez le tout au fouet.

Une fois que cela fait un tout homogène, ajoutez le lait. Préchauffez votre four à 180° et huilez un plat à gratin.

Ensuite, versez vos cerises, puis la préparation. La cuisson dure 45 minutes, et parfois un peu plus. Il vous suffit de laisser refroidir le gâteau !

Bien sûr, je me dois vous rappeler que les cerises cuites au four perdent l’essentiel de leurs nutriments.

Le clafoutis est donc surtout un plaisir pour la langue et non pas une façon d’obtenir tous les avantages nutritionnels dont je vous ai parlé dans cette lettre !

Mais si vous aimez aussi le clafoutis aux cerises, n’hésitez pas à m’envoyer votre meilleure recette !

Dr. Thierry Schmitz

Sources

[1] McCune L.M., Kubota C., Stendell-Hollis N.R., Thomson C.A. Cherries and health: A review. Crit. Rev. Food Sci. Nutr. 2011;51:1–12. doi: 10.1080/10408390903001719.

[2] Garrido M., Espino J., Toribio-Delgado A.F., Cubero J., Maynar-Marino J.I., Barriga C., Paredes S.D., Rodriguez A.B. A jerte valley cherry-based product as a supply of tryptophan. Int. J. Tryptophan Res. 2012;5:9–14. doi: 10.4137/IJTR.S9394

[3] https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00593144/document

[4] Biomedicine & Pharmacotherapy, Volume 130, October 2020, 110577, Mechanisms of blue light-induced eye hazard and protective measures: a review, Xinli Ouyang, Jing Yang, Zexin Hong, Yide Wu, Yongfang Xie, Guohui Wang

[5] Bowtell J.L., Sumners D.P., Dyer A., Fox P., Mileva K.N. Montmorency cherry juice reduces muscle damage caused by intensive strength exercise. Med. Sci. Sports Exerc. 2011;43:1544–1551. doi: 10.1249/MSS.0b013e31820e5adc.

[6] De Lima L., de Oliveira Assumpcao C., Prestes J., Denadai B. Consumption of cherries as a strategy to attenuate exercise-induced muscle damage and inflammation in humans. Nutr. Hosp. 2015;32:1885–1893

[7] Ataie-Jafari A., Hosseini S., Karimi A., Pajouhi M. Effects of Sour Cherry Juic on Blood Glucose and Some Cardiovascular Risk Factors Improvements in Diabetic Women. Nutr. Food Sci. 2008;38:355–360. doi: 10.1108/00346650810891414.

[8] Crepaldi G., Carruba M., Comaschi M., del Prato S., Frajese G., Paolisso G. Dipeptidyl peptidase 4 (DPP-4) inhibitors and their role in Type 2 diabetes management. J. Endocrinol. Investig. 2007;30:610–614. doi: 10.1007/BF03346357.

[9] Garrido M., Espino J., Gonzalez-Gomej D., Lozano M., Cubero J., Toribio-Delgado A.F., Maynar-Marino J.I., Terron M.P., Munoz J.L., Pariente J.A., et al. A Nutraceutical Product Based on Jerte Valley Cherries Improves Sleep and Augments the Antioxidant Status in Humans. e-SPEN Eur. e-J. Clin. Nutr. Metab. 2009;4:e321–e323. doi: 10.1016/j.eclnm.2009.09.003.

[10] igeon W.R., Carr M., Gorman C., Perlis M.L. Effects of a tart cherry juice beverage on the sleep of older adults with insomnia: A pilot study. J. Med. Food. 2010;13:579–583. doi: 10.1089/jmf.2009.0096.

[11] Tan L., Yang H.P., Pang W., Lu H., Hu Y.D., Li J., Lu S.J., Zhang W.Q., Jiang Y.G. Cyanidin-3-O-galactoside and blueberry extracts supplementation improves spatial memory and regulates hippocampal ERK expression in senescence-accelerated mice. Biomed. Environ. Sci. 2014;27:186–196

[12] Yoshida M., Uchino K., Watanabe Y., Adachi T., Nakanishi M., Ichino H., Hongo K., Mizobata T., Kobayashi S., Nakashima K., et al. Anthocyanin suppresses the toxicity of AB deposits through diversion of molecular forms in in vitro and in vivo models of Alzheimer’s diesease. Nutr. Neurosci. 2016;19:32–42

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *