Fruit de mer

Les fruits de mer, c’est (aussi) la santé

Chère lectrice, cher lecteur,

Permettez-moi cette réflexion, mais je pense que les fêtes de cette fin d’année en particulier sont plus importantes que les autres.

En effet, ce sont celles de la réconciliation.

La crise sanitaire qui a divisé les familles est enfin terminée. C’est donc l’occasion de vous faire plaisir et de vous retrouver ensemble !

Or, suite aux séparations forcées qui nous ont été imposées, on a pu goûter à quel point il est important pour le moral — et donc bon pour la santé — de partager un même repas.

C’est l’occasion de prendre un bon coup de sérotonine, cette hormone de la joie et de la chaleur humaine !

Peut-être m’objecterez-vous que la nourriture des fêtes donne beaucoup de plaisir, mais qu’elle est trop grasse, trop sucrée, trop salée… bref, malsaine…

Mais après tout, n’est-ce pas le principe même d’un festin d’être calorique ?

Si vous pensez que vous ne pourrez pas résister aux délices qui vous seront servis, vous pouvez toujours alléger vos autres repas le jour même ou le lendemain.

Car les repas de fêtes de fin d’année ne sont pas mauvais pour la santé en eux-mêmes, bien au contraire !

Bien des produits possèdent même des qualités nutritives qui méritent qu’on les consomme à d’autres moments – s’ils n’étaient pas des produits de luxe, évidemment…

La mayonnaise est meilleure quand elle est rare

Les huîtres sont un plat qui divise les tables – elles sont clivantes, comme le disent les journalistes de télévision !

Et vous, aimez-vous les huîtres pour leur goût subtil, ou vous rebutent-elles pour leur consistance ? Parlez-nous en dans les commentaires, et dites-moi comment vous les préférez !

Que vous les adoriez ou qu’elles vous rebutent, c’est un fait objectif : les huîtres sont très bonnes pour la santé.

Mais avant que je vous dévoile toutes les merveilles nutritionnelles qu’elles recèlent, je dois tout de même vous adresser une petite mise en garde.

Certes, les huîtres sont un met de choix, mais elles sont généralement consommées avec des condiments qui eux, ne sont ni bons pour votre embonpoint, ni pour vos artères !

Je ne parle pas, naturellement, du jus de citron qui est plein à craquer de vitamine C – mais sans doute le saviez-vous déjà…

Je parle plutôt de la mayonnaise et de ses cousines provençales, l’aïoli et la rouille, qui se consomment avec les fruits de mer, et dont on fait rarement l’économie en des circonstances exceptionnelles.

La mayonnaise et ses cousines sont pleines de triglycérides, des graisses qui vont plutôt farcir vos artères et votre cœur, ainsi que contribuer à faire grandir une bouée autour de votre ventre.

Voilà pourquoi il faut faire attention avec ces graisses qui peuvent être très bonnes au goût, mais redoutables pour votre santé. La mayonnaise doit toujours rester un plaisir rare et exceptionnel !

Et il va de soi que si vous mangez de la mayonnaise, il vaut mieux la faire vous-même ! Avec du sel non-traité, des œufs bio, de la moutarde, de l’huile et du vinaigre de grande qualité.

Dans ce cas-là, vous absorberez certaines bonnes graisses pour votre organisme, ainsi que des polyphénols et de la vitamine E, mais tout de même, aussi, beaucoup de graisses superflues !

Où doit s’arrêter une fringale d’huîtres ?

Les huîtres ne sont pas à manger sans modération, car elles sont fort riches en protéines, comme la viande. Il est donc recommandé de ne pas en abuser, à moins d’avoir un rythme de vie très soutenu.

Elles contiennent beaucoup d’oméga3, le carburant du cerveau, ainsi que du phosphore, du potassium et du sélénium[1]. Elles sont également assez riches en sel, donc là aussi, c’est une autre raison pour ne pas en abuser.

Mais surtout, la principale qualité des huîtres est leur teneur en zinc, un minéral dont l’importance pour votre organisme est considérable, et dont je parle régulièrement dans ces colonnes.

En effet, le zinc est l’un des éléments qui permet au cerveau de fonctionner. Il est également indispensable à la libido – surtout chez les hommes, où il est directement responsable de la fabrication des spermatozoïdes.

De fait, si vous ressentez, en tant qu’homme, une baisse de la libido, une cure de zinc est toujours la bienvenue.

Elle l’est encore plus si vous voyez que vos ongles sont striés (signe évident du manque de zinc), et si vous fumez (la cigarette dilapide le zinc).

De plus, la forte concentration d’oméga3 dans les huîtres fait qu’elles contribuent à une bonne santé cardiovasculaire. Si vous n’abusez pas de la mayonnaise, bien sûr !

N’ayez pas le saumon triste !

Depuis plusieurs décennies, le saumon fumé est devenu un mets symbolique des fêtes de fin d’année. C’est l’un des nombreux signes d’abondance dont de plus en plus d’entre nous se privent…

Car nous sommes pris en tenaille : le saumon coûte de plus en plus cher, en même temps que sa qualité a diminué peu à peu, puisqu’il est produit dans d’immenses élevages…

Voilà pourquoi tant de gens lui préfèrent la truite désormais, si possible bio. Elle est un peu moins riche en oméga3, mais l’essentiel est que vous mangiez un repas de qualité, après tout.

D’autre part, le saumon est réputé moins saturé en métaux lourds que le thon par exemple.

Mais à moins de pouvoir vous offrir du saumon de la meilleure qualité (et ce n’est pas donné à tout le monde, surtout cet hiver…) je vous recommande de vous en abstenir, tant du point de vue de votre santé que de votre palais.

Quant aux crabes, homards et autres coquilles Saint-Jacques, ils sont riches en protéines et donc sont plutôt recommandés d’un point de vue nutritionnel, du moins « sur le papier ».

Car dans les faits, là aussi, à moins d’avoir accès à une qualité exceptionnelle, n’oubliez pas que les poissons et le crustacé sont très chargés en polluants – surtout en métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, arsenic, nickel).

Mais si c’est une fois dans l’année et que le goût vous convient, si vous êtes assuré de passer un très bon repas et de vous retrouver en famille, il n’y a aucune raison de vous priver de quelque aliment qui vous procure de la joie !

Bonnes fêtes à vous,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

[1] Nutraceutical potential of Oyster, Neelesh Kumar Maurya, Journal of Food, Science and Technology, Volume 10, Issue 1, 2021.

12 commentaires sur “Les fruits de mer, c’est (aussi) la santé

  1. Suite à votre article sur les huîtres, pendant l’hiver, j’en mange régulièrement, tous les 15 jours avec du citron et accompagné d’une tranche de bon pain beurré d’un beurre de qualité fermier. J’ai de la chance d’habiter en Bretagne où je peux trouver des produits de qualité.

  2. Merci cher Docteur pour cette lettre ! Je partage vos points de vue.
    Lorsque je consomme du poisson essentiellement des sardines et maquereaux en conserve, je consomme en même temps de la chlorelle (elle a un effet inhibiteur sur les métaux lourds du poisson).

  3. Bonsoir Docteur Schmitz,
    Moi, j’adore les huîtres pour leur petit goût de noisette et leur goût prononcé d’iode avec une petite sauce vinaigre/ échalotes. Que du bonheur…. Joyeuses fêtes de fin d’année !

  4. les huîtres : nature ! aucun ajout j’aime le goût des choses même des légumes très souvent cuits à la vapeur avec un filet d’huile de colza ; par contre bien que j’adore les huîtres je suis obligée d’être raisonnable car je n’ai plus la force de les ouvrir donc je limite mes désirs ; en effet je suis sous chimio ( enfin pour l’instant arrêtée )et mes forces ont fortement régressées;
    j’en profite pour vous signaler ce qui m’est arrivé mercredi lors de ma dernière injection d’immunothérapie ; je vais avoir 80 ans et j’étais jusque là en très bonne santé d’ailleurs on m’a dit avant la chimio que j’avais un très bon état général mais on m’a annoncé qu’à partir de 80ans plus d’immunothérapie ça ne servait à rien……alors que j’avais un planning pour 2 ans et qu’ils connaissaient parfaitement mon âge ; donc je passe les scanners en février et ensuite je pense que je vais être livrée à la nature ; suivant les résultats il va falloir que je cherche des traitements autres qu’allopathiques car je n’ai pas envie de capituler ; 80ans d’accord mais juste avant le confinement je rentrais d’une croisière-expédition en Antarctique et que ce lymphome m’a obligé d’annuler 2 voyages programmés depuis 2ans ; je me sentais encore en pleine forme mais la chimio à fortes doses m’a beaucoup diminuée et mes prises ont du mal à remonter la pente ; fini mon bavardage !!!!! peut-être auriez- vous un conseil ….!::::!!!!

  5. J’ai « adoré » les huîtres ! Dans la région bordelaise nous étions bien placés .
    j’ai bien fait d’en profiter !
    Puis vers la soixantaine j’ai commencé à ne plus les supporter ….ou plutôt mon estomac !
    J’ai voulu essayer avec 2 huîtres il y a quelques années : je me sentais partir…
    Bonne question pour un médecin !

    merci pour vos lettres à propos du Dr Schweitzer
    Il passait par Bordeaux pour s’embarquer pour Lambaréné

  6. A vous aussi, Docteur, je souhaite un Joyeux Noël et un passage à l’an prochain dans la joie culinaire quels que soient les prémices que nous recevons de par le monde .

  7. Bonjour, personnellement je fais une cure d’huîtres et crustacés en Bretagne pendant 2 mois l’été et j’en ressens tous les bienfaits encore les mois suivants.
    Ma préparation préférée : gratinées au four avec une pointe de roquefort, un délice !!!

  8. Des huîtres avec la mayonnaise…? Je n’ai jamais vu cela en Bretagne. C’est plutôt citron, ou vinaigre échalotte, ou nature encore meilleures.

Si vous avez une question sur cet article, vous pouvez la poser ci-dessous.

En raison du nombre important d’inscrits, le Dr Schmitz ne pourra pas vous répondre personnellement. En revanche, il prendra connaissance de votre question et répondra aux questions les plus fréquemment posées et mettant les réponses au dessous l'article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *