Les salades gourmandes du docteur

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous le savez : au mois de mai, c’est le branle-bas de combat pour retrouver un corps (à peu près) sain pour l’été.

Il se trouve que, même si je doute des effets d’un véritable régime, j’ai décidé de profiter de ce mois agréable entre tous pour manger FRAIS. 

Frais, bon, et surtout très peu calorique. 

Parce que j’en avais assez de manger trop lourd, trop gras, trop sucré.

Mais ma femme, qui aime toujours cuisiner de saison m’attendait au tournant, bien décidée à mettre mes résolutions à exécution… 

…et je n’ai pas eu à le regretter une seule seconde !

Tout le bien que le concombre peut vous faire

Je dois vous le confesser. 

Ma consommation de concombre a pu être quelques fois irrégulière. Tantôt je me retrouve à me jeter sur lui, et tantôt j’en suis comme écœuré !

C’est que je prends parfois beaucoup de plaisir à boire du Jiaogulan, la « tisane d’immortalité » et qui est proche cousine du concombre. 

Mais le concombre peut vite vous ennuyer, surtout si vous en consommez fréquemment, et sans l’assaisonner suffisamment. 

C’est que sans préparation, il peut devenir fade sous un palais un peu exigeant. Or le concombre a 2 avantages considérables… 

1/ Il est extrêmement peu calorique : vous en mangez tant que vous voulez et vous ne grossissez pas – voire même, vous mincissez !

2/ Il est très sain : il contient beaucoup de vitamine K (plus de la moitié de vos apports journaliers, du manganèse, de la vitamine C, du magnésium et du potassium. 

Il est plein de fibres, ce qui vous évite la constipation. Et il est également riche en antioxydants, ce qui le classe parmi les aliments anticancer. 

Concombre et radis, c’est le paradis

L’avantage de cette recette est qu’elle peut vous faire un petit encas si vous avez un autre repas plus lourd dans la journée – ce qui n’est pas inhabituel durant les beaux jours, où l’on sort plus. 

A la maison, il peut faire une très bonne entrée, qui vous met en appétit tout en restant saine et goûtue. 

Prenez un concombre, que vous émincez. De même que 6 radis, qui sont de saison, et un demi-oignon rouge. Hachez un peu d’aneth (2 cuillères à soupe), et mettez-en autant pour le jus de citron. 

10 centilitres d’huile d’olive, du sel et du poivre, mélangez le tout, et cela vous fait une salade parfaite pour les beaux jours ! 

Certains rajoutent un peu de fromage frais, comme de la feta, qui fait partie du régime méditerranéen. D’autres du vinaigre. Je serais pour ma part partisan des deux… 

Hélas, parmi mes convives habituels, certains sont incommodés par les produits laitiers et d’autres par les sulfites ! 

Rappelons ici que les produits laitiers, surtout à pâte molle, sont à consommer avec la plus grande modération. A bien des égards, ils sont tout aussi dangereux que l’alcool pour l’organisme. 

Et même pire, car un bon vin rouge peut être chargé en resvératrol, un polyphénol très bénéfique pour le corps, tandis que le fromage, à moins que vous ne soyez grand sportif, ne vous apportera guère d’avantage nutritif… 

Il m’arrive aussi d’accommoder cette recette en remplaçant le concombre par un demi fenouil frais et entier (très bien lavé). 

Votre corps en sera ravi, mais l’essentiel reste tout de même de varier les plaisirs pour ne pas tomber dans les excès de bonne chair, tels que les plats lourds, carnés et en sauce.

Un peu de cuisine et d’assaisonnement peut vous rendre la vie beaucoup plus légère !

La rhubarbe n’est pas un péché (loin de là !)

Chaque fois que je mange de la rhubarbe, je pense à ma grand-mère qui la cultivait et la cuisinait elle-même !

C’était notre dessert sucré préféré, à toute la famille. Hélas, malgré les bienfaits évidents de la rhubarbe, il s’agit d’un plat bien trop sucré pour être réellement sain. 

La rhubarbe nous vient du fin fond de l’Asie centrale, aux confins de la Chine et de la Russie. Sa tige est un délice, mais ses feuilles sont toxiques. 

Les TROIS-QUARTS du poids de la rhubarbe, ce sont des fibres ! Il s’agit donc d’un anti-constipation de choix. Elle contient également de la pectine et du psyllium qui font baisser votre taux de cholestérol… 

Elle est également un dépuratif du foie qui n’est pas à négliger. Même si son goût est sucré, elle n’est pas du tout calorique. Mais une fois cuite et sucrée, il en va tout autrement !

Elle est très riche en fer, en phosphore, en calcium, en potassium. Alors vous pouvez en donner à vos enfants ! Elle est également très riche en vitamines B, qui sont essentielles au bon fonctionnement de votre organisme. 

Qui prend une bonne dose de vitamine B, voit ses fonctions vitales prolongées… 

Or elle est également riche en vitamine A, E, C et K : bonne pour les os, la vue, le tonus, la santé artérielle et l’immunité ! 

En général, on déconseille de manger la rhubarbe crue à cause de l’acide oxalique qu’elle contient, et qui peut être toxique… à partir d’un kilo de fruit cru !

Il vaut donc mieux la cuire, mais dans ce cas-là, évitez de la sucrer, car elle est déjà suffisamment calorique ainsi. 

Des petits malins ajoutent à un demi-kilo de rhubarbe cuite 120 grammes de datte dénoyautées pour rajouter une touche sucrée naturelle. Les petits malins. 

Allez, régalez-vous, c’est bon pour la santé !

Dr. Thierry Schmitz

Sources

Si vous avez une question sur cet article, vous pouvez la poser ci-dessous.

En raison du nombre important d’inscrits, le Dr Schmitz ne pourra pas vous répondre personnellement. En revanche, il prendra connaissance de votre question et répondra aux questions les plus fréquemment posées et mettant les réponses au dessous l'article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *