ondes Linky

Cet espion se cache-t-il dans votre placard ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Je pense que l’avenir est dans la nature. Dans la nature humaine, bien sûr, mais aussi dans la nature « tout court ».

Hélas, tout le monde ne partage pas ce point de vue…

Il suffit d’allumer la radio pour l’entendre : le progrès technique est inéluctable – et rien ne peut l’arrêter !

En fait, ce qui rend les partisans de la technologie si enthousiastes, c’est surtout que l’innovation rapporte.

Pourtant, il y a un revers à cette « médaille » :

Aujourd’hui, la publicité veut vous convaincre des bienfaits du progrès technologique… au détriment de votre santé !

Contre cela, nous ne sommes pas aussi démunis que voudraient nous le faire croire les « progressistes » et les fatalistes qui leur donnent raison. 

Car il arrive que la loi soit du côté du consommateur plutôt que celui du vendeur, que la loi protège la santé du citoyen, plutôt que les intérêts industriels.

Et quand ça arrive, ça nous donne de l’espoir pour l’avenir !

C’est un de ces espoirs que je voudrais partager avec vous, celui que m’a donné la victoire juridique des « anti-Linky », ces opposants aux nouveaux compteurs électriques espions. 

Un appareil un peu trop « intelligent »

Le Linky, c’est assez simple. C’est un compteur d’électricité électronique, qui émet des ondes en permanence.

Il a ainsi la possibilité de communiquer votre consommation en temps réel à votre fournisseur d’électricité.

Le prétendu avantage pour vous, consommateur, réside dans la possibilité de surveiller votre propre consommation, de façon à la réduire.

Ainsi, avec Linky, vous faites des économies et même, vous protégez la planète !

Non seulement ces arguments sont usés jusqu’à la corde… mais très vite, plusieurs problèmes se sont posés.

Les 4 défauts rédhibitoires du Linky

Le 1er problème est le dépassement du forfait d’abonnement électrique, qui peut être immédiatement répercuté sur le consommateur.

Le 2e problème vient du fait que Linky émet des ondes qui peuvent être nocives aux personnes sensibles, en particulier sur le sommeil.

On n’a pas non plus de retour sur un usage de long terme de l’appareil, or cela aurait été particulièrement judicieux.  

Surtout lorsqu’on sait l’incidence des ondes des téléphones portables sur les risques de cancer, qui est prouvée scientifiquement1.

Donc, puisque le Linky envoie lui aussi des ondes électromagnétiques, il aurait été bon de tester les compteurs Linky assez longtemps pour s’assurer qu’ils n’ont RIEN de dangereux. 

Un 3e problème apparaît alors, celui de la vétusté de l’appareil.   

En effet, les appareils électroniques vieillissent plus vite et plus mal que les appareils électriques ; si vous avez une chaudière, vous voyez de quoi je parle…

Donc, même s’ils promettent une consommation moindre, le remplacement futur des Linky n’a rien d’écologique.

Moins ils arriveront à transmettre les informations sur les usagers, plus il y a de risque qu’ils émettent un signal de plus en plus intense, donc nocif, comme c’est déjà le cas des téléphones portables.

Dans ce cas, quel est l’intérêt de remplacer systématiquement l’ancien par le nouveau ?

L’intérêt ? Vous espionner et revendre vos données bien évidemment !

4e problème : le compteur Linky permet à ENEDIS de déduire bien des choses sur vous. En d’autres termes, c’est un mouchard !

Les merveilles de l’espionnage à domicile

Linky peut dire à votre fournisseur d’électricité si vous êtes chez vous ou pas, quand vous y êtes, et quelles sont vos habitudes.

De même, par certains recoupements, il est possible de déduire quels appareils vous utilisez et quand.

Or, rappelons-le, cet espionnage avait une contrepartie prétendument intéressante : celle d’observer votre consommation pour la faire baisser…

En fait, pour le consommateur, ce bénéfice est quasi-nul.

Pire encore, comme l’ont remarqué au mois de février des utilisateurs dans la région de Toulouse2, Linky était surtout prompt à répercuter les hausses de consommation, de façon à gonfler brutalement les factures !

Pour l’instant, vos données sont protégées légalement, mais en Inde par exemple, elles ont déjà été largement piratées3.

Et qui est intéressé pour les racheter ? Des organismes qui sont très proches de vous – trop proches, même.  

S’ils veulent tout savoir de vous, c’est pour vous le faire payer

Même si votre consommation électrique ne donne apparemment pas beaucoup d’informations sur vous, cela s’ajoute à votre dossier, et aux recoupements que l’on pourra faire sur vous.

Ainsi vos assurances et votre mutuelle pourront augmenter leurs polices et leurs cotisations.

Vous consommez beaucoup d’électricité la nuit ? Ils vous demanderont si vous êtes insomniaque, ce qui est mauvais pour la santé.

Vous ne dépensez pas de courant la nuit ? Est-ce parce que vous prenez des somnifères ? C’est aussi très mauvais pour la santé… (autant que le tabac, c’est prouvé).

Dans tous les cas, si quelqu’un a accès à vos données personnelles, ce ne sera jamais à votre avantage.

Votre banque, si elle y a accès, pourra vous refuser des facilités, ou augmenter ses taux d’emprunts…

Tôt ou tard, il y a aussi à craindre, à cause d’une « urgence » sanitaire, ou économique, ou écologique, que l’administration se mette à piétiner votre vie privée.

Ainsi les organismes officiels (CAF, URSSAF, CAM, caisses de retraite, fisc…) vous redistribueront le moins possible ou auront des arguments pour vous faire les poches.

Dans ce cas, les menues « économies » que votre mouchard électronique vous a permises auront un goût amer !

Et pourtant, à contre-courant de cet avenir effroyable, il arrive que la justice triomphe. Et c’est ce qui s’est passé.

Une condamnation inespérée

Le 17 novembre 2020, le tribunal de Bordeaux a acté la victoire historique des anti-Linky, contre toute attente, remportée sur plusieurs points :

  • Les plaignants victimes d’électrosensibilité se voient assurés le remplacement du dispositif intrusif, sous peine d’une augmentation continue de l’amende (500€ par jour et par compteur !)
  • L’installation des compteurs Linky n’est pas obligatoire, contrairement à ce qu’assurent les installateurs.
  • Surtout, le tribunal a demandé l’arrêt de la fonction illicite du compteur, lequel est doté de la capacité de déduire l’appareil que vous utilisez au moment où vous le mettez en marche !

Ceci nous montre qu’avec une mobilisation adéquate, des géants économiques peuvent être mis au pas, comme Enedis, le fournisseur d’électricité d’EDF.

Mais qu’en est-il des géants privés qui censurent actuellement l’information, les « Big Tech » et autres GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) ?

Qu’en est-il aussi du déploiement de la 5G, dont le rayonnement électromagnétique indécent et ses conséquences sur la santé se feront très prochainement ressentir ?

En attendant, profitons des bonnes nouvelles, et croyons en l’avenir. Le progrès ne ressemble pas toujours à ce qu’on veut nous faire croire.

Portez-vous bien,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

1. Sinon, l’Etat ne s’amuserait pas à obliger les publicités des téléphones à indiquer leurs (faux) débits d’onde. Je vous renvoie au livre passionnant Phonegate, de Marc Arazi.

2. https://fr.theepochtimes.com/recoivent-denormes-factures-delectricite-compteur-linky-cause-1667458.html

3. https://planetes360.fr/la-guerre-secrete-de-bill-gates-contre-le-cash/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *