rayon vide

Ne faites pas cette erreur en plein confinement !

Chère lectrice, cher lecteur,

En plein cœur de l’épidémie, le plus important est de garder le moral.

Certes nous avons sous-estimé l’importance du coronavirus et il nous a fait peur…

… mais les dispositions mises en place sont encourageantes.

Oui, il y a un manque de masques et de tests… mais l’Etat s’efforce d’y remédier.

Oui, nous craignons tous le manque de nourriture dans les supermarchés…

… mais au moment où j’écris ces lignes, ce n’est toujours pas le cas.

Oui, nous craignons que nos policiers tombent malades… mais il reste toujours l’armée.

Alors, bien évidemment, nous traversons une période de turbulences.

L’idée que…

… nous étions tous interconnectés d’un bout à l’autre de la planète ;

… les frontières ne servaient plus à rien ;

… le progrès ne pouvait plus s’arrêter ;

Tout ça vient de prendre un sacré coup.

Mais tous les passionnés d’histoire le savent : l’humanité recule d’un pas pour avancer de trois.

Le progrès de l’humanité c’est de survivre à ses propres coups d’arrêt. 

Bien entendu, il est rationnel de faire quelques réserves en cas de coup dur.

Simplement…

…NE VOUS JETEZ PAS SUR LES PATES ET LE RIZ !

Ce ne sont que des sucres voyons !

A force, vous risquez la dénutrition.

Privilégiez les conserves de légumes pour leur apport en protéines et leur durabilité.

Et surtout, profitez d’acheter des produits frais tant qu’il y en a plein les étales !

Car c’est maintenant qu’il faut manger équilibré pour avoir le moral !

Il faut entrevoir le bon côté des choses

Au moment où vous lirez ces lignes, il y aura malheureusement plus de 2000 décès en France.

En 2003, durant la canicule, il y en a eu 20 000. C’est terrible et tragique, mais je connais peu de gens dont la famille a été touchée.

J’espère de tout mon cœur que les chiffres du coronavirus en France n’atteindront jamais le niveau de l’Italie.

Les professionnels de santé français sont de grande qualité et le système de santé a « de beaux restes ».

De plus, les résultats avec la chloroquine sont plutôt probants : il y a donc lieu de croire que l’épidémie devrait être circonscrite dans un temps raisonnable.

L’Europe s’est remise de crises beaucoup plus graves : la grippe espagnole a fait 2,3 millions de morts après la guerre de 14-18 qui avait déjà emporté 18 millions de soldats.

Et pourtant, la vie a repris le dessus.

En ces périodes difficiles, il est utile de penser au courage de nos aïeux, et à leur résilience, malgré des conditions de vie autrement plus dures que les nôtres. 

N’écoutez pas les vendeurs de mauvaises nouvelles

Le coronavirus a soi-disant déclenché une grave crise économique.

Ne nous mentons pas, elle était déjà là.

Nous étions en récession dès la fin de l’année dernière, et cette crise est surtout financière.

Votre voiture sera toujours votre voiture, votre maison ou votre appartement seront toujours égaux à eux-mêmes.

Les États remettront l’économie en ordre car c’est à ça qu’ils servent.

Le monde risque de ressembler à celui qu’il était avant les années 2000…

…des frontières… des douanes… davantage de contrôles.

Mais les années avant 2000 n’étaient pas les pires que nous ayons vécues, il me semble.

Certains diront toujours que le coronavirus est un fléau invincible et qu’il faudra un an et demi pour qu’un vaccin soit diffusé à la population mondiale.

Et Didier Raoult, le désormais célèbre infectiologue répond : « Finalement, c’est probablement l’infection respiratoire la plus facile et la moins chère à soigner de toutes les infections virales ».

Comment garder le moral ?

Les réseaux sociaux permettent de garder le contact avec tous ceux que nous aimons.

Et jusqu’ici, cela a eu un effet très positif.

N’hésitez donc pas à passer un coup de fil à ceux que vous aimez deux à trois fois par jour.

Nettoyez chez vous à fond. Le coronavirus, qui est lourd pour une si petite chose, reste sur vos chaussures, vos manteaux, vos sacs.

Enlevez-les quand vous arrivez chez vous, et faites de votre espace de vie un endroit sain.

Nettoyer votre intérieur est peut-être ennuyeux, mais ça vous permet de ne pas penser à quand tout ce manège va s’arrêter !

Nous ne sommes pas en guerre civile, une météorite ne va pas tomber sur votre ville ou même sur le monde.

Le confinement sera levé tôt ou tard.

La vie reprendra, il fera beau et chaud, et les vôtres seront à vos côtés.

J’ai quelques solutions dans ma besace

Si vous ressentez une angoisse profonde, j’ai tout de même quelques solutions pour vous.

  • En cas d’angoisse très forte, je vous recommande ceci, c’est un remède naturel à base de nard et de passiflore. Je ne connais pas mieux pour vous tranquilliser – d’autant que la passiflore est capable d’apaiser même en cas d’addiction sévère, naturellement, sans vous mettre dans les vapes.
  • Le confinement, seul ou à plusieurs, n’est pas simple à supporter ! On finit par se sentir vidé.

    Pour traverser les périodes usantes comme celles-ci, j’ai conçu un remède qui a la capacité de vous remonter le moral et de vous redonner la pêche !

    Mais attention ! Cela ne sert à rien d’en prendre si vous ne faites rien pour accompagner le procédé. Lisez des livres qui vous font rire, regardez des comédies, envoyez-en à vos amis… Servez-vous des moyens modernes pour rire ensemble.

    Une fois le « démarreur de la bonne humeur » enclenché, à vous d’appuyer sur le champignon !
  • Enfin, si vous ne trouvez pas le sommeil en cette période délicate, autant vous dire que c’est un problème que je connais bien et que j’ai souvent traité avec un remède tout simple.

    Il est à base de mélatonine, de valériane et de la molécule la plus rare du thé, celle qui donne son effet « détente » — la L-théanine.

    Son nom ? Douce Nuit, tout simplement.

L’essentiel pour passer cette période et résister au coronavirus est de rester chez vous, garder le moral, bien dormir et de bien manger.

Créez votre petite routine et vous verrez que cette semaine sera bien vite passée.

Au bout de 3 semaines, l’esprit s’habitue à une autre discipline et même si c’est difficile, vous serez surpris quand ce sera fini, de n’avoir pas plus profité de votre temps libre.

Avec tous mes encouragements,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

2 commentaires sur “Ne faites pas cette erreur en plein confinement !

Répondre à Henri Aboussouan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *