Un trésor anti-âge dans votre jardin ?

Chère lectrice, cher lecteur,

En ce moment, l’engouement pour les champignons bat son plein. Et on leur découvre bien des qualités insoupçonnées !

L’un d’eux, le très précieux matsutaké, présente même des preuves scientifiques de ses incroyables vertus anti-âge, en plus d’être l’un des éléments incontournables de la gastronomie japonaise.

On ne s’étonne donc pas qu’il soit tant recherché, et qu’il soit aujourd’hui le champignon le plus cher au monde !

Mais si ce trésor pouvait se trouver dans votre jardin ? Et si vous pouviez, chez vous, faire pousser d’autres trésors semblables ?

Ce sont ces incroyables possibilités que nous ouvre le monde des champignons.

La folie champignon s’empare de nos villes

En ce moment, les champignons sont partout ! Dans les dessins animés pour enfant, dans les compléments alimentaires, en cosmétique – avec la mode récente de la cosmétique coréenne, la « K-beauty »…

Mais surtout, les champignons commencent à alimenter un fantasme réaliste, celui de l’autonomie alimentaire des villes1.

En effet, les jardins associatifs et les terrasses vertes suscitent un enthousiasme débordant depuis plus d’une décennie, mais s’il y avait tout autant à tirer des champignons ?

Il semble que ce soit le cas, avec ces « nouveaux agriculteurs », qui ont commencé à les cultiver à Paris même, dans un parking. C’est le cas de la Caverne, qui se donne pour objectif de cultiver 40 tonnes de champignons et 120 tonnes d’endives par an !2

Le « champignon de la fin du monde »

D’autant que le champignon n’est pas seulement utile à remplir les caves, il peut également réhabiliter les terrains autrefois habités, puis ravagés par des catastrophes, telles que les incendies.

En effet, l’habitat humain laisse derrière lui, lorsqu’il a été dévasté, beaucoup de déchets que la terre n’est pas capable d’absorber : plastiques, hydrocarbures, métaux lourds, matières toxiques…

Les champignons, eux, ont la capacité d’absorber tous ces déchets chimiques, et de « nettoyer » le terrain. C’est ce que l’on appelle la « mycoremédiation ».

Et quel est le champignon qui le fait le mieux ? Le matsutaké ! Il a ainsi acquis la réputation de « champignon de la fin du monde », titre de l’ouvrage que l’anthropologue Anna Lowenhaupt Tsing lui a consacré.

En effet, si le matsutaké japonais pousse dans les forêts de pin rouge, on en importe maintenant d’Amérique (de l’Oregon et du nord du Québec particulièrement), de Chine et de Suède, surtout dans les climats froids où il est le moins affecté par les parasites.

Mais ce qui le rend étonnant, c’est qu’il pousse particulièrement bien sur des ruines, d’où sa réputation d’avoir été le premier à repousser après l’attaque nucléaire d’Hiroshima !

Selon Anna Lowenhaupt Tsing, c’est ce qui fait de lui le champignon de l’avenir, puisqu’il serait capable de compenser la tendance de notre économie moderne à joncher le monde de ruines3.

Comme une truffe, mais menacée d’extinction

Le 13 juillet 2020 à Tokyo, le matsutaké a été ajouté à la liste rouge des espèces menacées d’extinction par l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Car ce champignon est l’équivalent dans la gastronomie japonaise de la truffe pour l’Italie et la France. Or son habitat écologique a été menacé, en même temps que la demande a explosé – d’où son importation des 4 coins du monde.

En effet, l’abandon des campagnes japonaises au début du XXe siècle a entraîné aussi un abandon des pinèdes, et par conséquent la multiplication des parasites et des maladies – et même la mort de forêts entières, par des vers ou des punaises.

La preuve de ses effets antiâge, hélas, ne fait rien pour faire baisser la demande autour de ce précieux champignon, qui peut atteindre aujourd’hui le prix exorbitant de 1200€ le kilo, même si les offres les plus simples à trouver tournent autour de 500€ le kilo.

Le matsutaké, un anti-âge pour la peau et le cerveau

En 2012, une étude chinoise faite sur des souris âgées a prouvé un recul de l’âge cérébral grâce au matsutaké4.

Opérée sur 50 souris divisées en 5 groupes, elle s’est déroulée sur 6 semaines. L’apprentissage et la mémoire ont été améliorés.

Ceci serait directement dû à l’activation des antioxydants propres au corps humain : la superoxyde dismutase et le glutathion d’une part, et la moindre présence d’un puissant oxydant, la MDA (malondialdéhyde).

Bien sûr, ce n’est pour l’instant qu’une seule étude, et elle a quelques années, mais elle a été particulièrement concluante. D’autres études pourraient voir le jour, si le matsutaké n’était pas si prisé pour ses qualités culinaires !

D’autre part, une étude coréenne de 2014 a prouvé les qualités du matsutaké pour la peau !5 Le matsutaké a la capacité d’empêcher la dégradation de l’élasticité de la peau, ce qui en fait un cosmétique extraordinaire !

Du matsutaké sur votre terrain ?

Si le matsutaké risque aujourd’hui l’extinction, c’est en raison de sa fragilité d’une part, et de la demande excessive de l’autre. Un troisième facteur rentre en considération : personne n’est encore arrivé à le cultiver en laboratoire…

Pourtant, le matsutaké a de véritables adorateurs en Extrême-Orient et en Amérique du nord. De nombreux sites internet lui sont exclusivement consacrés.

Ces adorateurs lui vouent un véritable culte, comme par exemple ces « croisés » du matsutaké, qui ont cherché à le « cultiver » dans les forêts froides, en répandant ses spores6.

Tout comme il ne suffit de planter des arbres truffiers pour obtenir des truffes, obtenir des matsutakés n’a rien d’une science exacte.

L’habitat « originel » de ce champignon étonnant est le pin rouge du Japon, comme le chêne l’est pour la truffe. Or le pin rouge du Japon est un arbre magnifique qui mérite sa place si vous avez un peu de terrain chez vous, particulièrement s’il est impropre à la culture de feuillus.

Et si vous arrivez à obtenir des matsutakés en semant des spores, vous aurez un véritable trésor sur votre terrain !

Portez-vous bien,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/comment-autonomie-alimentaire-peut-sauver-nos-villes-1630128.html

2.  https://www.paris.fr/pages/la-caverne-fait-pousser-champignons-et-endives-en-sous-sol-5762

3. https://usbeketrica.com/fr/article/champignon-fin-du-monde-capitalisme-futur-matsutake

4. G. Liu, H. Wang, H. Zhang. Anti-aging effect of polysaccharide from tricholoma matsutake on D-galactose-induced aging mice October 2012 Chinese Pharmacological Bulletin 28(10):1439-1442 DOI:10.3969/j.issn.1001-1978.2012.10.025

5. So Young Kim, Kyung Chan, Go Yi Seop, Song Yeon, Su Jeong Eun, Joo Kim Beom, Joon Kim, Extract of the mycelium of T. matsutake inhibits elastase activity and TPA-induced MMP-1 expression in human fibroblasts

October 14, 2014     https://doi.org/10.3892/ijmm.2014.1969

6. https://blog.goo.ne.jp/npoiroem/m/200710

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *