BUCHU

Buchu : cette plante sud-africaine déracine l’infection urinaire !

Chère lectrice, cher lecteur,

Je traite de nombreux cas de cystites tous les ans.

C’est une infection courante, handicapante, qui revient inlassablement.

Pourtant, il n’est pas compliqué de mettre un terme à ce cycle infernal !

La cystite touche essentiellement les femmes (1 sur 10 chaque année en France). C’est beaucoup plus rare pour les hommes, mais cela peut arriver s’ils boivent peu ou se retiennent trop souvent d’uriner.

La cystite est détestable pour 2 raisons :

  • C’est une maladie traumatisante parce qu’elle touche à « la sphère génitale » et personne n’apprécie d’être atteint dans cette zone intime ;
  • C’est une maladie récurrente. Une fois installée, elle revient très souvent. Une femme touchée sur 5 y sera de nouveau exposée, et 30% de celles qui ont l’ont été 2 fois, le seront une 3e fois… On parle alors de cystite récidivante.

Chez une femme non ménopausée qui n’est pas enceinte, la cystite aiguë n’est pas un évènement grave. Elle est en revanche extrêmement douloureuse.

Pourquoi elle revient (presque) tout le temps ?

Ce que la plupart des femmes ignorent, malheureusement, c’est que ce sont les traitements modernes contre la cystite qui en font un calvaire sans fin.

Si vous allez voir votre généraliste, il vous prescrira des antibiotiques.

Ils seront sans doute efficaces, mais pas bien longtemps.

A force d’en prendre régulièrement, vous risquez de développer une résistance, et ils cesseront alors d’agir sur votre organisme. Mais surtout, ils détruiront votre flore bactérienne. Or, celle-ci sert à vous protéger !

Une fois la flore bactérienne détruite, les risques d’apparition d’une mycose se multiplient. En effet, certains champignons avec lesquels votre corps cohabite normalement, deviennent dans ce cas invasifs et dangereux.

Les chasser ou les laisser proliférer risque de vous causer d’autres infections urinaires qui, à leur tour, vont récidiver, et parfois durant plusieurs années.

Cette situation, en plus d’être insupportable, peut gravement affecter vos défenses immunitaires sur le long terme.

Sans compter qu’une cystite peu ou mal traitée peut entraîner une infection des reins – la redoutable pyélonéphrite – et là, c’est un aller direct pour l’hôpital…

Prévenir plutôt que guérir !

Il existe de nombreuses solutions pour dépendre le moins possible des antibiotiques, et pour agir dès les premiers signes :

  • Si votre corps supporte mal les antibiotiques, ou si la cystite récidive trop souvent, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.
  • Essuyez-vous toujours de l’avant vers l’arrière après avoir uriné, car la contamination à partir des régions fécales joue un grand rôle dans la cystite.
  • L’hygiène corporelle doit rester régulière, mais pas trop rigoureuse. Les gels intimes sont à utiliser avec précaution, seulement sur la vulve, et jamais dans le vagin.
  • L’hygiène est également primordiale avant et après les rapports sexuels. Il est important d’uriner après un rapport, de façon à désinfecter l’urètre. L’urine joue un rôle paradoxal : elle a un pouvoir désinfectant, mais l’urètre, où elle passe et stagne, est un foyer pour les infections. C’est pourquoi, il est très important de bien s’hydrater en cas de cystite. Abstenez-vous tout de même de boire en permanence, au risque d’user vos reins prématurément, surtout si vos cystites sont fréquentes.

Des plantes pour déraciner l’infection

Certaines plantes possèdent des vertus diurétiques (elles donnent envie d’uriner), sans être pour autant des excitants comme le thé ou le café.

A ce titre, la busserole est un classique. Cette petite plante venue d’Amérique, servait notamment à parfumer le calumet de la paix chez les Amérindiens.

En plus d’avoir un pouvoir diurétique, la busserole a des propriétés antiseptiques et permet ainsi de lutter contre les infections.

Versez-en 20g dans un litre d’eau bouillante, laissez reposer une dizaine de minutes et buvez-en deux à trois tasses bien chaudes chaque jour. Cela vous fera un complément de choix pour vous débarrasser de cette satanée cystite !

La bruyère est également recommandée (4 cuillères à soupe de fleurs de bruyère par litre d’eau bouillante, laissez infuser 10 minutes, filtrez et buvez-en dans la journée).

Enfin, il existe une autre plante qui est récemment devenue la référence naturelle incontournable contre la cystite : le BUCHU.

L’anti-cystite n°1 : 100% naturel

Depuis quelques années, il est beaucoup moins difficile de trouver cette plante qui est devenue l’anti-cystite N°1 : le buchu !

Le buchu contient du diosphénol1, à même de combattre les inflammations.

Vous pouvez le prendre sous forme de tisane, ou sous forme de complément alimentaire.

Les feuilles de buchu (Agathosma Betulina) sont des agents naturels antibactériens et antitoxiques. C’est particulièrement important si vous faites de la rétention d’eau, car celle-ci peut être la cause de bien d’autres maladies (hypertension, goutte…).

Le buchu aide à évacuer les fluides superflus. C’est un anti-oxydant de qualité, qui soigne les crampes et les ballonnements dus aux règles.

Contrairement aux autres plantes diurétiques, le buchu ne détruit pas les minéraux de votre organisme. Au contraire, il va même vous en apporter ! Vous y trouvez :

  • Des vitamines A, B, C et E ;
  • Du calcium ;
  • Du potassium (essentiel et pourtant devenu trop rare dans notre alimentation) ;
  • Du magnésium (généralement éliminé par tout le café qu’on boit) ;
  • De l’azote, du phosphate et du manganèse ;
  • Des flavonoïdes (dont la précieuse quercétine), ces fameux pigments qui sont distinctifs de la cuisine des centenaires… ;
  • Du limonène, un anti-inflammatoire rare et réputé pour son efficacité.

Vous pouvez trouver le buchu dans n’importe quelle herboristerie. Je le recommande sous cette forme-là. Elle évite beaucoup de préparations fastidieuses et vous donne tous les effets dont vous avez besoin.

Vous m’en direz des nouvelles !

Par ailleurs, il existe des solutions alimentaires adaptées et efficaces pour éviter la cystite.

Des solutions alimentaires adaptées

Le candida albicans, un champignon innocent avec lequel nous vivions en bonne intelligence depuis des centaines de milliers d’années, est devenu fou depuis à peine 40 ans, avec la transformation de notre alimentation.

Devenu parasite, il est responsable de nombreuses mycoses, y compris vaginales, au point de vous donner des fringales de sucre !

Ne laissez pas ce parasite vous commander ! Le meilleur moyen de vous en débarrasser, certes peu glamour mais résolument efficace, c’est L’AIL !

L’oignon est aussi un compagnon de choix à ne pas négliger. Je reparlerai bientôt plus longuement de ces deux alliés santé qui sont les mal-aimés des régimes modernes.

Mais ce qu’il faut avant tout savoir, c’est que Les bactéries et les champignons adorent le sucre !

Évitez par conséquent les sucres en tout genre, et en particulier les jus et les smoothies, dont on vous répète à l’envi les bienfaits santé…

Fuyez aussi à tout prix les plats préparés, qui acidifient énormément votre corps, de même que tous les aliments « ultra-transformés » (gâteaux, bonbons apéritifs, chips…). Méfiez-vous des poulets et des dindes !

Généralement élevés en batterie, ils vivent dans des conditions épouvantables. Même quand ils sont « bio », ils sont gavés jusqu’au bec d’E. Coli ; une mauvaise bactérie qui est, elle aussi, l’une des causes majeures de cystites.

Enfin, faire du sport pour éliminer les toxines, consommer le moins possible de tabac, d’alcool et de médicaments, tout cela devrait grandement améliorer votre santé et vos capacités de guérison !

Portez-vous bien,

Dr. Schmitz

11 commentaires sur “Buchu : cette plante sud-africaine déracine l’infection urinaire !

  1. Bonjour docteur,
    Vous dites ici de « ne pas boire en permanence pour ne pas user prématurément
    les reins » !
    Cette assertion m’interpelle vraiment : est-ce que trop uriner use les reins ???
    Merci pour votre répons
    Très cordialement

  2. Chez une femme non ménopausée qui n’est pas enceinte, la cystite aiguë n’est pas un évènement grave. Elle est en revanche extrêmement douloureuse.
    Et chez les femmes ménopausées ????

  3. Bonjour Docteur Schmitz,
    Pourriez vous aborder le sujet de traitement naturel des mycoses des ongles et mycoses vaginales ? D’autre part y a t il un terrain qui favorise la production de kystes sur la peau ? Une solution naturelle pour y remédier ? Merci beaucoup

  4. Bonjour,
    Merci pour vos articles toujours aussi intéressants,
    Comment reconstituer la flore des parties intimes de la femme ?
    quels gels conseiller pour la vulve ?
    Merci d’avance,
    CBB

  5. Bonsoir Docteur SCHMITZ,
    Tout d’abord, merci pour cette lettre qui tombe à pic pour moi!
    Je souhaite juste savoir pendant combien de temps doit-on prendre les gélules de buchu?
    Encore merci pour tous vos bons conseils.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *