armoise

Une simple plante pour endiguer la pandémie ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Il ne vous aura pas échappé que, du point de vue de la pandémie, les pays qui s’en sortiraient le mieux sont les pays non-occidentaux.

Au Japon par exemple, où le confinement est anticonstitutionnel, c’est l’Ivermectine qui a eu la préséance, avec d’excellents résultats.

Aujourd’hui, le pays du soleil levant compte 6424 décès le 8 février 2021, soit 10 fois moins qu’en France, pour un pays qui compte presque le double d’habitants.

Mais il existe encore mieux !

Il y a un pays qui compte 240 décès pour 25 millions d’habitants ! Presque rien, en somme, mais nous nous sommes bien gardés d’appliquer leur méthode.

Elle consiste notamment à faire usage d’une plante qui fait très peur aux labos. Si peur qu’ils ont réussi à la faire discréditer par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le pays dont je vous parle, c’est Madagascar, et la plante, vous la connaissez peut-être, c’est l’armoise annuelle, ou ARTEMISIA ANNUA, pour les intimes.

Ce prix Nobel qui devait rester dans l’ombre

Youyou Tu n’est pas n’importe qui. Nous parlons là d’un prix Nobel de médecine attribué à une chercheuse chinoise en 2015, à l’âge vénérable de 84 ans !

Dans sa jeunesse, le président Mao l’avait chargée d’une mission très spéciale : celle d’éradiquer le paludisme, qui faisait alors en Chine des millions de morts.

Youyou Tu avait alors réussi à soigner avec l’artémisine, découvrant du même coup son agent actif, l’artémisinine, très efficace contre la maladie des marais.

Le prix Nobel de médecine, c’est ce qu’un chercheur peut obtenir de mieux, et pourtant, l’artemisia annua est une plante qui n’est pas très aimée, ni de l’OMS, ni des laboratoires pharmaceutiques.

L’OMS ne la recommande pas. Pourquoi ? Parce qu’elle pourrait rendre le paludisme plus résistant, et faire des surréactions inflammatoires1.

Cet argument est ridicule, comparé à l’usage complètement délirant qui est fait des antibiotiques, particulièrement dans les pays non-industrialisés.

La réalité est beaucoup plus simple, et personne ne s’y trompe : l’artemisia annua est très efficace, et pas seulement contre le paludisme.

La pandémie a-t-elle trouvé son maître ?

Dès le début de la pandémie, le gouvernement de Madagascar a décidé deux choses : fermer l’île, et faire distribuer une boisson contenant de l’artemisia annua, Covid-Organics2.

Le remède, composé à 68% d’artemisia annua, a même reçu un timide satisfecit du président de l’OMS, le très ambigu Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Son attitude s’expliquerait par le fait que l’artémisine est efficace contre la « pandémie », mais qu’il ne faudrait pas trop que cela se sache…

Et pourquoi alors n’est-elle pas préconisée partout ?

La raison est donnée par le médecin Pascal Millet, dans une web-conférence organisée par le Monde: toute la politique antipaludéenne de l’OMS est gérée par la fondation Bill et Melinda Gates, et ils ne s’intéressent pas « aux tisanes ».

Comprenez que l’artemisia annua pourrait leur faire perdre beaucoup d’argent, car ces « philanthropes » donnent beaucoup d’argent aux laboratoires pharmaceutiques, quand ils ne les possèdent pas, comme ModeRNA.

Et on comprend parfaitement l’omerta sur l’armoise annuelle quand ses formidables résultats contre le cancer, sont tout à fait documentés par la science !

Le remède anticancer qui pourrait tout changer

Qu’il s’agisse de son agent actif principal, l’artémisinine4, ou de ses autres ingrédients5, l’armoise annuelle pourrait révolutionner notre approche du cancer.

Elle pourrait faire comprendre à la population que la chimiothérapie et la radiothérapie, très douloureuses, ne sont peut-être pas l’alpha et l’oméga de la lutte contre le cancer…

Car si vous lisez cette lettre, vous le savez : les laboratoires pharmaceutiques n’ont pas pour but de vous soigner. Au contraire, plus vous restez malade, plus vous constituez une rente pour eux.

Un analyste bancaire de Goldman Sachs l’a même écrit noir sur blanc : guérir n’est pas rentable. Garder des patients captifs de traitements sans fin, ça, c’est un investissement valable pour les banques6.

J’aimerais vous dire que « Big Pharma » s’est indigné à la lecture de ce rapport… Mais pour les labos, la maladie est un matériau dont ils tirent le profit maximal, non pas un ennemi à vaincre.

Procurez-vous une Artemisia de qualité

Il se trouve que je connais un très bon fabricant d’artémisia annua de la meilleure qualité. Cependant, les stocks sont limités.

Donc, si vous voulez avoir accès aux derniers lots d’artémisia annua, c’est ici.

C’est une artémisia annua parfaitement bio et contrôlée, d’une efficacité prouvée sur des milliers de prescriptions.

Si vous manquez cette occasion unique, je crains que vous ne deviez aller jusqu’à Madagascar pour en trouver !

Il vous suffit de cliquer ici pour avoir accès à ce dernier lot.

En vous souhaitant la pleine santé,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

1. https://www.sciencesetavenir.fr/sante/question-de-la-semaine-qu-est-ce-que-l-artemisia-et-pourquoi-l-oms-l-interdit-elle_137411

2. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-madagascar-a-t-il-mis-au-point-un-remede-a-base-de-plantes-medicinales_3986343.html

3. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/06/18/a-ce-jour-aucune-etude-demontre-que-l-artemisia-permet-de-prevenir-ou-de-guerir-le-coronavirus_6043335_3212.html

4. Anticancer activities of artemisinin and its bioactive derivatives, Gary Firestone, Shyam Sundar DOI: 10.1017/S1462399409001239

5.  Antitumor activity of an Artemisia annua herbal preparation and identification of active ingredients

Sophia J Lang, Michael Schmiech, Susanne Hafner, Christian Paetz, Carmen Steinborn, Roman Huber, Menna El Gaafary, Katharina Werner, Christoph Q Schmidt, Tatiana Syrovets, Thomas Simmet. DOI: 10.1016/j.phymed.2019.152962

6. https://www.cnbc.com/2018/04/11/goldman-asks-is-curing-patients-a-sustainable-business-model.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *