sucre

Cette substance cachée dans votre cuisine qui vous rend accro.

Chère lectrice, cher lecteur,

Ce que je vais vous dire est très difficile à admettre.

Vous et moi, depuis l’enfance, nous avons été… drogués.

Drogués par l’une des plus grosses substances des industries alimentaires mondiales.

Cette drogue, le sucre raffiné, nous la consommons tous et tous les jours. Et pourtant… elle était totalement inconnue de nos lointains ancêtres.

Ses « fabricants » ont payé pendant 50 ans des études « scientifiques » pour faire du gras la cause de tous les problèmes cardiovasculaires1.

En 1967, le lobby du sucre américain est allé jusqu’à financer directement une étude pour innocenter explicitement leur produit de toute accusation de dommage envers la santé – et détourner toutes ces accusations vers le gras.

Mais c’est un fait désormais reconnu. Parce qu’il fait beaucoup grossir, le sucre est très mauvais pour le cœur et les artères…

Mais il y a pire…

Le sucre raffiné est aussi addictif qu’une drogue, et il détruit désormais les vies des enfants. C’est ce que soulignent bien des études, menées sur des individus qui deviennent obèses malgré eux dès les premières années de leur vie2.

Malheureusement, nous sommes tous poussés à une consommation excessive de sucre.

Par la publicité surtout, et aussi parce que nous avons été éduqués à nous récompenser par une petite douceur…

D’ailleurs, pouvez-vous imaginer un anniversaire sans gâteau ? Un Noël sans bûche ? Un été sans glace ?

Pourtant, s’il est un aliment que nous devons limiter, c’est bien celui-là…

Pour certains, le sucre est une drogue dure

Une revue d’une soixantaine d’études publiée en 2017 dans le British Journal of Sports Medicine a conclu que la consommation de sucre produit des effets similaires à la cocaïne.

Le critère sélectionné est l’effet sur l’humeur. En effet, le sucre fonctionne comme une drogue, il induit le plaisir et active le mécanisme de la récompense dans le cerveau.

L’addiction au sucre (ou du moins au goût sucré), est attestée scientifiquement par une étude de l’université de Cambridge en 20163.

Les comportements d’addiction entre le sucre et la cocaïne sont similaires.

Toutefois, si les études démontrent que le sucre est une authentique drogue (au même titre que la cigarette, le café, l’alcool ou le cannabis) il n’est pas en lui-même aussi dur que les « vraies » drogues .

L’addiction ne vient pas que du produit en lui-même, mais aussi du rapport que le consommateur développe avec lui.

C’est pourquoi il existe beaucoup de gens aussi accros au sucre que des consommateurs réguliers de cocaïne, d’où la comparaison faite par les chercheurs eux-mêmes.

Cette grave addiction est très présente chez les personnes obèses, particulièrement touchées par le besoin de sucre et ses conséquences ravageuses pour la santé.

Le diabète frappe dès l’enfance, maintenant

Un des effets les plus courants, et généralement irréversible de l’addiction au sucre est le diabète de type 2.

Il y a encore 40 ans, ce type de diabète touchait principalement les adultes, à partir de 45 ans.

Aujourd’hui, il touche les adolescents et même les enfants, généralement lorsqu’ils sont obèses. C’est même devenu un fléau sanitaire.

D’ailleurs il ne vous aura pas échappé que les personnes jeunes touchées par la grippe et la pandémie sont généralement en surpoids, voire obèses.

Le sucre est mauvais pour le cœur, les artères et favorise les maladies cardiovasculaires.

Il conduit à l’obésité, voire au syndrome métabolique, une spirale infernale de diabète et de problèmes respiratoires et circulatoires.

Le sucre n’est mis directement en cause que pour le cancer du sein4. Toutefois, il faut se méfier encore plus des faux sucres, les édulcorants chimiques, qui sont eux, hautement cancérigènes :

  • Saccharine
  • Cyclamate
  • Aspartame
  • Acésulfame-F
  • Thaumatine
  • Sucralose

A ce titre, l’aspartame augmente nettement les risques de cancers de foie et du poumon5.

Curieusement, l’aspartame n’est pas interdit, et il suffit de descendre en bas de chez vous pour vous procurer n’importe quel soda « light » ou « zéro » qui en regorge…

Quand le sucre détruit l’environnement

Récemment, il était question d’interdire enfin des pesticides particulièrement nocifs, les néonicotinoïdes.

Le nom a l’air barbare, mais il faut surtout retenir qu’il contient le terme de « nicotine », soit le même toxique qui crée l’addiction aux cigarettes.

Ces pesticides tuent particulièrement les animaux, et notamment les abeilles, qu’ils rendent folles, en frappant leur système nerveux central. 

Cela les met en grande vulnérabilité vis-à-vis du frelon asiatique, qui a envahi nos campagnes récemment, mais aussi du varroa (un acarien), ou du noséma (champignon microscopique). 

Le problème est que sans abeille, les plantes ne poussent plus, car c’est par elles que les plantes se reproduisent. C’est ce qu’on appelle la pollinisation.

Sans abeille, il faudra polliniser à la main (comme en Chine) et vous ne pourrez plus rien faire pousser dans votre jardin. Pire encore, le monde se désertifiera peu à peu.

1/3 de l’agriculture mondiale dépend des abeilles. Sans abeilles, il n’y a plus de pommes, d’oignons, de carottes, de citrons, de brocolis ou d’artichauts…

Les néonicotinoïdes devaient tous être interdits l’année dernière en France. Mais le 4 septembre, l’assemblée nationale a décidé de suspendre cette interdiction concernant… la betterave à sucre.

Non seulement le sucre nous rend accros et affaiblit notre santé, mais en plus, il tue les abeilles et il détruit l’environnement !

Comme vous le voyez, vous détacher du sucre ne vous fera pas seulement du bien à vous, mais à toute la planète !

Voici donc les 10 principes à suivre pour vous en détacher.

Mes 10 commandements anti-sucre

  • Divisez ! Le nombre de sucres dans le café, le nombre de carrés de chocolat que vous prenez après le repas… ;
  • Lancez-vous des défis : ne rachetez plus de sucre, et préférez plutôt un petit pot de miel avec lequel vous rationnerez votre sucrage de thé ou de café ;
  • Certains adieux sont déchirants mais nécessaires : gâteaux, barres chocolatées, céréales du matin, bonbons… ce sont des produits hautement nocifs pour la santé qu’il faut savoir laisser de côté ;
  • L’alcool représente une quantité énorme de sucre, le mieux est d’éviter d’en consommer trop et trop souvent – surtout les liqueurs et les alcools forts. Réservez-les pour vos week-ends par exemple ;
  • Evitez autant que possible le pain blanc ;
  • Privilégiez des petits déjeuners salés ou avec des fruits – comme les myrtilles ou les oranges. Si vous ne pouvez pas vous passer de pain, prenez du pain noir ;
  • Remplacez les pâtes et les pommes de terre par des légumes (épinards, haricots, petits pois par exemple) que vous apprendrez à assaisonner avec les recettes que vous pouvez glaner sur internet. Une botte de légumes ne coûte pas plus cher qu’une boîte de pâtes ;
  • En diminuant le sucre, vous réduisez grandement vos risques de caries et vous aurez beaucoup moins à craindre pour vos gencives et vos dents ;
  • Gardez le sucre au placard ! Ne laissez pas la tablette ou la boîte de chocolats devant vous (cela vaut pour tout type de sucrerie). Le meilleur moyen de craquer, c’est d’avoir du sucre sous la main !
  • Rappelez-vous des 4 bienfaits du sevrage : une plus belle peau, une bien meilleure humeur, une perte de poids assurée et une meilleure santé – notamment une amélioration de votre immunité.

J’espère que tout ceci vous aidera,

Portez-vous bien,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

[1] https://www.nytimes.com/2016/09/13/well/eat/how-the-sugar-industry-shifted-blame-to-fat.html

[2] https://www.revmed.ch/RMS/2007/RMS-107/32118

[3] https://link.springer.com/article/10.1007/s00394-016-1229-6?referrer=yahoo&category=beauty_food&include_utm=1&utm_medium=referral&utm_source=yahoo&utm_campaign=feed

[4] https://www.20minutes.fr/sante/1759783-20160105-consommer-sucre-exces-augmente-risques-cancer-sein

[5] https://observatoire-des-aliments.fr/sante/aspartame-le-faux-sucre-qui-favorise-le-cancer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *