Insomnie : 5 étapes pour retrouver un sommeil de qualité

Chère lectrice, cher lecteur,

Qui n’a pas connu l’insomnie ne peut pas savoir à quel point elle peut gâcher la vie.

Ce mal est pourtant très ordinaire.

Près d’1 Français sur 5 en est atteint, et 1 Français sur 10 souffre d’une insomnie « grave » [1].

Cela veut dire : être « sur les rotules » toute la journée, et être tout autant incapable, la nuit, de faire quoi que ce soit, sans que le sommeil ne vienne pour autant…

On se sent douloureusement impuissant.

Impuissant à dormir, mais aussi à avoir une forme normale durant la vie courante, de ne pas être à la traîne sur tout, débordé constamment, sans force.

Et la nuit aussi, lorsque le sommeil ne vient pas, on se sent impuissant à lire, à se concentrer, à faire quoi que ce soit de constructif.

On ne se plaît plus, on prend du poids (c’est prouvé : le corps ne brûle pas aussi bien les graisses en cas de manque de sommeil).

Et puis enfin, cela se voit sur le visage : les cernes, le teint blême, les traits tirés…

Pourtant, dormir est si simple, quand on voit les petits enfants !

Pourquoi, alors, ce royaume du repos bienheureux nous est-il interdit ?

Le sommeil, c’est vital !

C’est un fait : le manque de sommeil peut avoir des effets assez désastreux.

Il multiplie par 8 les risques d’accident sur la route [2], et multiplie par 4,5 les risques au travail.

Sans compter que cela peut aussi vous gâcher la vie si ça dure des mois : vous rendre inopérant au travail, briser votre vie de couple…

D’ailleurs, l’insomnie est un facteur aggravant d’autres maladies, telles que la dépression ou l’hypertension.

Elle peut aussi accroître des douleurs déjà existantes.

L’insomnie est un vrai problème de santé, et il ne faut pas le prendre à la légère, même s’il semble quelquefois insoluble.

Si l’on veut être méthodique, il faut avant tout regarder les causes :

D’abord, il peut y avoir des prédispositions : l’insomnie peut être fréquente dans votre famille, peut-être y êtes-vous sujet depuis l’enfance…

Ensuite, il y a le facteur extérieur : quelque chose vous tracasse (prêts, situation délicate dans votre famille, avec vos amis, dans votre couple…).

Et puis, il y a parfois les évènements malheureux qui bouleversent nos habitudes (deuil, licenciement, nouvelle tragique, confinement inopiné…).

Force est de constater que les chocs qui perturbent gravement nos existences mettent du temps à passer, et parfois beaucoup de temps.

Quant aux tracas du quotidien, ils font hélas partie de notre existence.

Et je connais peu de gens qui restent insouciants à tout âge de la vie.

C’est pourquoi il est essentiel de conserver une bonne hygiène de vie du point de vue du sommeil.

Étape 1 : Renouez avec le sport

Je me souviens d’une époque où j’effectuais des travaux chez moi et où je déplaçais des sacs de gravats.

Croyez-moi, après une journée d’effort physique constant (n’oubliez pas de vous échauffer tout de même) le sommeil vient bien plus facilement.

Ça marche aussi pour des activités moins physiques, comme la marche.

La plupart des gens soutiennent que le sport avant d’aller au lit empêche de dormir.

En fait, cela dépend dans quelle proportion. Ce sont les sports violents qu’il faut éviter, à cause des montées d’adrénaline.

Mais faire des pompes, du gainage, du rameur ou du vélo d’appartement risque peu de vous empêcher de trouver le sommeil.

Surtout, profitez-en pour prendre une bonne douche chaude derrière, vous vous sentirez détendu(e) et tout(e) prêt(e) à aller au lit.

Étape 2 : Éloignez-vous des écrans

Les écrans sont les ennemis du sommeil !

Ils diffusent une lumière bleue qui trouble le cycle du sommeil.

Le mieux est de porter des lunettes avec des filtres anti-lumière bleue, ou de mettre un filtre sur votre écran si vous n’en portez pas.

Surtout, il est important, au moins une heure avant d’aller dormir, d’éteindre votre télévision, votre ordinateur, votre tablette ou votre téléphone…

C’est devenu beaucoup plus difficile qu’on ne croit !

Et rien de tel que de lire un livre pour retrouver le sommeil.

Un livre d’évasion ou d’aventures vous fera voyager et alimentera vos rêves.

Mais un livre de philosophie ne manquera pas de fatiguer assez votre cerveau pour qu’il éteigne de lui-même la lumière…

Effet garanti !

Étape 3 : Oubliez les somnifères

Les somnifères, sont un type de « médicament » qu’il faudrait bannir pour un usage courant.

Le professeur Kripke, chercheur en médecine californien, en a fait son cheval de bataille.

Statistiques à l’appui, il a prouvé que les somnifères sont aussi fatals que la cigarette.[3]

C’était il y a près de 10 ans, et pourtant on continue à les prescrire…

Étape 4 : Réfléchissez à votre situation (notamment professionnelle)

Les excitants sont nombreux.

Cela peut-être votre émission préférée, qui ne passe qu’en fin de soirée.

Mais plus généralement, ce sont des aliments d’usage courant.

Si vous avez des problèmes de sommeil, évitez le café et le thé après 17h.

Si les problèmes persistent, prenez votre dernier café après le déjeuner ou limitez-vous à votre café/thé du matin.

Nous vivons dans une société où le stress omniprésent.

Le stress et la pression sociale encourage, dans certains cas, la consommation d’excitants pour tenir le coup ou atteindre des exigences…

Ce qui entraîne l’épuisement des glandes surrénales, prélude au surmenage qui brise des vies. 

Hélas, depuis une dizaine d’années, le recours à des drogues excitantes (la cocaïne surtout), est devenu un problème de société que l’on ne peut plus passer sous silence [4].

Dans de nombreux milieux professionnels, la consommation de drogues excitantes est devenue monnaie courante.

Que les excitants soient légers ou forts, la question que pose leur consommation est celle de la place du travailleur dans son travail.

Dans le monde occidental, le mal être psychologique au travail est courant.

Et il peut parfois prendre des proportions incontrôlables.

Plutôt que de chercher absolument à retrouver le sommeil, il est donc important de savoir si vous faites le métier qui vous convient.

Si vous vivez une période difficile, l’absence de sommeil sapera encore plus vos forces.

Mais en vous donnant pour objectif de changer et d’aller vers quelque chose de plus conforme à vos attentes (et à votre confort de vie), vous aurez déjà résolu la moitié du problème.

Aussi, le recours à l’ivresse, qui donne plutôt envie de dormir, peut fatiguer vite et durablement.

Si vous sentez que vous multipliez votre consommation d’alcool, ou qu’un ami ou un membre de votre famille le fait, il importe de faire un point.

Et à ce moment, réfléchir aux moyens de sortir de notre cadre de vie, s’il nous rend malheureux, est crucial.

De la même façon, résoudre des situations délicates reste plus sain que de nous laisser submerger par les problèmes qui, de toute façon, ne se résoudront pas d’eux-mêmes !

Parler des situations difficiles avec un spécialiste peut vous aider à « sauter le pas ».

Étape 5 : Si vous êtes dans l’impasse

Quelques fois, malgré tout ce qu’on peut essayer, nous n’arrivons pas à retrouver le sommeil.

Notre esprit tourne en rond, comme si le « bouton » qui activait la fonction du sommeil était cassé.

Malgré nos bonnes résolutions, les soucis nous pèsent.

Ou encore, les évènements récents nous laissent encore sous le choc, et le traumatisme nous empêche toute sérénité.

Dans ce cas-là une petite aide est la bienvenue. Je ne saurais trop conseiller de recourir à des remèdes naturels, les moins chimiques possibles.

Et ils existent !

Voilà pourquoi, quand on vient me voir, je recommande chaque fois un remède que j’estime à la fois sain et efficace. Son nom ? Douce nuit

Il contient :

  • De la mélatonine : c’est une substance que votre corps fabrique normalement de lui-même, et qui régule votre horloge biologique. Elle est même reconnue par l’Union Européenne pour réduire les effets des décalages horaires !
  • De la valériane : il s’agit de la plante la plus utilisée en Europe pour faciliter l’endormissement et pour procurer un sommeil sain et serein. En principe, après une bonne tisane de valériane, vos yeux commencent à se fermer… Connue des grands médecins antiques (Hippocrate, Galien), elle est utilisée depuis lors, et servit notamment pendant la 2nde guerre mondiale, pour soigner l’anxiété durant le bombardement de Londres[5]. Elle agit en rétablissant la circulation du GABA, l’hormone de l’apaisement. Ainsi, vous retrouvez un sommeil profond, et donc récupérateur[6].
  • De la L-théanine : malgré son nom compliqué, vous en avez certainement beaucoup consommé, puisque c’est un acide aminé présent dans le thé – qui n’a rien à voir avec la théine. Il est prouvé qu’il réduit le stress (aussi bien physique que psychologique), favorisant ainsi la détente, la relaxation, et donc le sommeil.

Pour ces 3 ingrédients d’exception, Douce Nuit est ce que je connais de mieux pour retrouver le sommeil rapidement.

Toutefois, je ne saurais trop vous rappeler qu’un sommeil aisé va avec une bonne hygiène de vie !

Traiter l’insomnie, c’est important ; traiter ses causes, c’est essentiel !

Dormez-bien,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

[1] https://www.inserm.fr/dossier/insomnie/

[2] D’après l’institut national du sommeil et de la vigilance. https://institut-sommeil-vigilance.org

[3] https://www.webmd.com/sleep-disorders/news/20120227/sleeping-pills-called-as-risky-as-cigarettes

[4] https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/codescomp.pdf

[5] Grieve M: Valerian. In: A Modern Herbal. New York: Hafner Press, 1974: 824-830.

[6] https://ods.od.nih.gov/factsheets/Valerian-HealthProfessional/#en9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *