LES 3 SECRETS D’UN ENVIRONNEMENT SAIN

Les 3 secrets d’un environnement sain

Chère lectrice, cher lecteur,

De plus en plus de mes proches ont décidé de quitter la grande ville. Bien évidemment, les raisons sont nombreuses.

La première d’entre toutes est qu’il est plus facile de vivre loin de grandes villes qu’auparavant. Le travail à distance est rentré dans les mœurs, et même si vous avez des « affaires » en ville, il est bien plus facile de les traiter par voie numérique désormais.

Pareillement, avec les services de livraison à domicile, vous avez presque tous les avantages de la ville à la campagne. Il n’y a plus ces grands écarts de prix et l’impossibilité à trouver des produits spécifiques qui étaient encore le lot de la vie rurale il y a une dizaine d’années.

Mais surtout, ce qui intéresse désormais les citadins, de la trentaine jusqu’à la retraite, ce sont les bénéfices inestimables de la vie à la campagne.

Zéro embouteillage, moins de stress, plus de tranquillité et moins de bruit (en général) : la vie hors des villes devient de plus en plus avantageuse à mesure que la vie en ville devient de plus en plus désagréable, sinon insupportable.

Que vous viviez à la campagne ou en ville, l’essentiel, c’est le milieu où vous évoluez. Or c’est un fait : il est plus facile de remplir les conditions d’un environnement sain hors des villes ou en bordure des villes.

La première garantie de longévité

La nourriture saine, en ville, atteint des prix que l’on est tenté, parfois, de qualifier de délirants. Après tout, quel que soit le prix auquel on propose le kilo de légumes, il semble qu’il y ait quelqu’un pour les acheter.

J’ai même eu le privilège de rentrer, à Paris, dans un magasin qui prétendait être un « marché enchanté », façon de dissimuler l’absence totale de décoration, ainsi que ses fruits et légumes proposés dans des bacs difficiles d’accès, et naturellement hors de prix.

Mais la bonne conscience n’a pas de prix, et pour les nouvelles générations de cadres – culpabilisés en permanence par l’info en continu sur le fait qu’ils sont de trop sur terre – rien n’est excessif si ça les soulage de leur mal de vivre. 

Or à la campagne, il n’est pas trop difficile de trouver des voisins qui cultivent de bons fruits et de bons légumes sans pesticides, et sans rien de dommageable pour la santé.

En plus, malgré les augmentations de prix, cela reste nettement moins cher que dans les grandes métropoles. Mais il faut toutefois abandonner toutefois l’idée de manger des mangues locales et bio si vous vous installez dans la Somme.

La vie à la campagne a une contrepartie : c’est qu’il est fort probable que vous viviez non loin de terrains qui sont fortement exploités, et sur lesquels sont épandus des produits nocifs pour votre santé.

D’où l’importance de choisir avec le plus grand soin votre habitat !

Ondes : le danger invisible

Aujourd’hui, on ne peut pas se passer des ondes. Le téléphone portable ne marche qu’à ça, et désormais, l’oublier ou le perdre, c’est aussi grave que d’oublier ou de perdre les clefs de chez vous.

La 4G est mauvaise pour la santé, mais il est devenu difficile de s’en passer. Avec ou sans, il ne faut jamais avoir le téléphone à l’oreille, quitte à mettre des écouteurs ou à vous isoler et à enclencher le haut-parleur.

Si vous ne vivez pas à 200 à l’heure et que vous pouvez vous installer tranquillement devant votre ordinateur aux heures de bureau, vous pouvez même vous payer le luxe de revenir au téléphone portable « non intelligent », qui est aussi beaucoup moins nocif du point de vue de l’exposition.

Le pire est naturellement la 5G, qui lance ses rayons directement vers vos téléphones « intelligents », contrairement à la 4G qui émettait de façon diffuse et sphérique.

Il est important de refuser cette technologie qui n’a aucun avantage, est parfaitement inutile, et ne représente que des dangers. Je vous recommande de n’acheter que des téléphones incompatibles avec la 5G : ils marchent encore remarquablement bien.

Si vous vous installez à la campagne, évitez les terrains proches des antennes, en particulier près des autoroutes – qui sont également des sources très importantes de pollution.

La 5G est le fer de lance de la nanotechnologie et de l’internet des objets, c’est-à-dire que vous êtes fortement exposé aux ondes et en même temps, surveillé par l’ensemble de vos appareils, jusque dans votre intimité.

D’un côté, les ondes favorisent les cancers et réduisent la libido, et sont une source de stress considérable ; de l’autre, vous vous retrouvez fiché sur opinions et vos ressources financières, ce qui peut inquiéter si vous avez perdu confiance en vos dirigeants.

Si vous le pouvez, débranchez le Wifi chez vous et ne passez que par le câble Ethernet, ne vous en privez pas. Débranchez votre « box » la nuit et vous verrez combien vous dormirez mieux.

Il existe même aujourd’hui des boîtes en métal qui permettent de diminuer le débit d’ondes de votre « box ». Mais c’est un peu contradictoire avec le Wifi. Le mieux est de le désactiver, ce qui hélas, n’est pas possible sur toutes les « box ».

Dans le même ordre d’idées, refusez à tout prix tout compteur électronique (Linky ou autre), que ce soit pour le gaz ou l’électricité.

Ils émettent des ondes nocives et espionnent votre consommation, malgré le jugement du tribunal de Bordeaux qui l’interdit. Ils ne permettent aucune économie et vous avez légalement le droit d’en exiger le retrait.

Ceci est d’une importance cruciale, car on peut se demander si, en cas de restriction de la consommation électrique, cet hiver, ces compteurs « intelligents » ne serviront pas à bloquer les consommations des particuliers. En tout cas, ils auront la capacité de le faire. 

La base de la santé : un intérieur sain

Il est essentiel de bien choisir ses détergents.

Vous pouvez les fabriquer vous-mêmes, avec une moitié de vinaigre blanc, une moitié d’eau et un peu d’huile essentielle (ravintsara par exemple), soit vous pouvez en acheter directement avec des huiles essentielles.

Il existe des marques locales qui sont efficaces et il n’y a pas besoin de passer par les grandes marques, qui recourent régulièrement au « verdissement ». Je n’ai jamais vu un détergent de grande marque être réellement écologique.

Il vaut mieux bannir pour de bon tous les détergents chimiques de votre maison, hormis pour des tâches précises et particulièrement sales (dans le garage, les toilettes, la douche…)

Si vous habitez à la campagne, c’est important de prendre des lessives biodégradables pour ne pas polluer les nappes phréatiques.

Généralement, les savons de qualité sont également meilleurs pour votre peau, mais ils représentent aussi un surcoût, surtout quand il y a du monde à la maison.

Pourtant, pour rester en bonne santé, évitez autant que possible les perturbateurs endocriniens – les parabènes, bien sûr, mais aussi le sodium laureth sulfate, le moussant que l’on retrouve dans tous les shampoings et la plupart des savons.

Il est important d’aérer tous les jours au moins 10 minutes, même en hiver, à cause des poussières où se mêlent des résidus chimiques issus du sol, des meubles (et de leurs colles), ou des peintures.

De même, un coup d’aspirateur ou de balai régulier réduit grandement les risques d’irritation de l’appareil respiratoire ou de la peau. Et vous vous sentirez en bien meilleure forme de pouvoir respirer normalement !

Si vous avez d’autres conseils à suggérer, je vous invite à m’en faire part dans les commentaires.

Portez-vous bien !

Dr. Thierry Schmitz

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *