Plantes

Les 7 plantes de la résilience

Chère lectrice, cher lecteur,

Je n’entends que ça partout : 2023 va être la pire année de toutes. On dirait un mauvais horoscope !

Je vous épargne la liste de tous les malheurs qu’on nous prédit, elle est interminable. À part pour vous miner le moral, j’ai bien du mal à comprendre un tel acharnement…

Et si nous voyions les choses autrement ?

Et si cette année ne promettait pas tous les malheurs qu’on lui met déjà sur le dos ?

Pire que 2022 ? J’attends de voir.

Il y a un an, on pensait finir tous confinés jusqu’à la fin de nos jours !

Nous n’avions plus d’autre choix que d’attendre, calfeutrés de force, que les vagues de pandémie s’abattent sur nous…

Et qu’est-ce qui s’est passé ? Vous êtes plus libre aujourd’hui qu’hier.

Alors permettez-moi d’espérer. L’avenir dépend de la façon dont on le prend, et même dans les temps difficiles, on trouve bien des compensations.

Certaines barrières cèdent, vous ferez de nouvelles rencontres, et surtout, vous vous surprendrez vous-même.

Et si 2023 est vraiment difficile, vous pourrez dire : « j’y étais, j’ai tenu bon ».

N’oubliez jamais que les plantes sont là pour vous, quoiqu’il vous arrive, et elles permettent de résister à bien des épreuves, petites et grandes.

Ces plantes que les labos détestent

Notre principal adversaire, dans les situations difficiles, c’est nous-mêmes.

Le stress et l’anxiété nous étouffent et nous paralysent. Ils nous empêchent parfois d’accomplir les actes les plus simples.

J’ai subi gravement le stress moi-même, et il m’a causé bon nombre de problèmes de santé, jusqu’à ce que je trouve une parade parfaitement naturelle.

Tout commence en 1948, lorsque le médecin soviétique Nikolaï Lazarev a forgé le terme « adaptogène ».

Il entendait par là qu’il existait des remèdes naturels qui permettaient de faire face à des périodes de grave stress, et de rester maître de ses moyens.

Ces remèdes, comme le champignon chaga, utilisé par les Russes depuis des siècles, avaient largement fait leurs preuves.

De plus, il existait d’autres remèdes – racines ou plantes – qui avaient les mêmes qualités médicinales.

Mais pour reconnaître ça, il faut au moins un peu faire confiance à d’autres médecines que l’allopathie occidentale…

La médecine russe vaut aussi son pesant d’or

La Russie est un pays immense, et donc largement sauvage. Même dans les parties les plus civilisées, le climat est un défi pour la santé, tant physique que morale.

Donc les Russes savent de quoi ils parlent quand il s’agit de stress. Ils savent ce que c’est que de rentrer la tête, de serrer les dents et de faire face à la tempête.

Mais en Occident, bien des médecins vous diront que le terme « adaptogène » est un fantasme de naturopathe qui n’a rien de scientifique… alors que pourtant, les études sont formelles.

Il existe tout un éventail de plantes et de champignons qui vous donnent un regain d’énergie et de ténacité.

C’est tout ce dont vous avez besoin pour surmonter les périodes difficiles et les coups durs. Les Asiatiques en font un usage courant.

A croire que la médecine occidentale ne tient compte que la maladie. Mais après tout, la santé ne lui rapporte rien…

Des remèdes sûrs et efficaces, chez vous

Le mieux est de vous trouver votre propre herboristerie de confiance. Un naturopathe saura vous guider pour trouver les meilleurs produits.

Certains champignons adaptogènes, pour être remarquablement efficaces, n’en restent pas moins difficilement mangeables, comme le cordyceps, le reishi ou le chaga.

Et comme ils sont très recherchés, leur coût est plutôt élevé, sans que vous puissiez connaître réellement la qualité du produit. Même un coup d’essai vous revient assez cher !

Or ces 7 adaptogènes sont les plus simples d’usage, d’une efficacité éprouvée par la science et certains même, par une tradition tout simplement millénaire :

Le maca : avec elle, vous résistez à tout

L’hormèse, c’est la capacité de la vie à s’endurcir face à un environnement difficile. C’est ce qui fait que certaines plantes, parmi les plus intéressantes pour la santé humaine, poussent dans des milieux hostiles.

C’est exactement le principe du maca, une plante qui a été découverte dans les Andes, dans la région de Junin, située entre 4200 et 4500 mètres d’altitude.

Elle était utilisée par les Incas contre la fatigue, l’anémie, le stress hormonal et la baisse de la fertilité.

Elle est pleine à craquer de vitamines (B, C, E, K), et de minéraux (calcium, phosphore, magnésium, potassium, fer, silicium, cuivre zinc, manganèse et sélénium). 

De fait, les tanins spécifiques au maca, les macamides, stimulent le fonctionnement des gonades – ovaires et testicules[1].

Les femmes qui vivent dans la région où le maca est régulièrement consommé, n’ont aucun symptôme de ménopause[2], et c’est la raison pour laquelle il intéresse beaucoup les chercheurs qui se penchent sur cette question[3].

Les effets du maca sur les hormones sont pour le moins remarquables : l’organisme en est fortifié, et la santé est améliorée, grâce à un meilleur fonctionnement de la thyroïde, du pancréas et de la glande pinéale.

En un mot comme en cent, vous avez tout à gagner à l’essayer, surtout si vous avez passé 50 ans.

Mieux qu’un coup de fouet, un coup de diapason !

Le ginseng : plus qu’une racine, c’est un volcan

Doit-on encore présenter le ginseng ?

Cette racine est désormais célèbre pour ses qualités toniques et aphrodisiaques, capables de réveiller les libidos les plus endormies…

Et puis, quoi de plus adaptogène que la capacité à résister aux agressions extérieures –aux UV, à la carence en oxygène, au bruit, aux changements de pression atmosphérique et aux rayons ionisants ?

C’est pourtant ce que fait le ginseng !

Il protège également les patients en cure de chimiothérapie[4] et de radiothérapie[5], en plus d’empêcher les tumeurs de se former en amont. 

Enfin, il améliore considérablement la résistance au stress[6], à l’anxiété due aux attentes de performance, ainsi qu’au surmenage.

En somme, le ginseng vous rend plus fort, plus résistant. Et après tout, qui vous oblige à subir tout le reste de votre vie ?

Le ginseng vous permet de relever la tête et profiter de votre existence comme vous le méritez, quel que soit votre âge.

L’astragale, petite reine de la mémoire

L’astragale est une plante méconnue, mais qui mérite pourtant le détour !

Elle suscite une faveur particulière en Corée, où elle fait partie de la médecine traditionnelle locale.

C’est en effet un tonique de la médecine traditionnelle coréenne, et les tests ont montré qu’elle améliore nettement la réponse au stress, notamment quand celui-ci occasionnait des pertes de mémoire[7].

Elle marche en parfaite synergie avec le Dong Quai, un autre adaptogène que voici :

Le ginseng existe aussi au féminin !

Elle s’appelle « angélique chinoise » ou Dong Quai.

C’est un régulateur hormonal pour les femmes, reconnu pour protéger le système cardiovasculaire.

Elle améliore l’immunité en premier lieu, mais sa synergie avec l’astragale augmente ses propriétés médicinales, notamment sa capacité à stimuler l’immunité.

Elle aide à la production du sang dans la moelle osseuse.

Elle augmente aussi le taux de glutathion dans le sang, cet antioxydant vital produit par le corps humain et sans lequel il s’arrêterait purement et simplement.

De fait, grâce à cette action, globules blancs et rouges s’en trouvent renforcés, de même que les parois des vaisseaux sanguins (l’épithélium), qui regagnent en élasticité.

La circulation sanguine et la pression artérielle s’en trouvent directement améliorées.

Ashwagandha, le meilleur de l’Inde ?

L’ashwagandha n’est pas facile à prononcer, et pas facile à retenir !

Donc, si vous voulez vous en souvenir, il faudra l’essayer ! Et vous verrez alors combien l’ashwagandha mérite le détour…

Elle réduit le stress et l’anxiété, elle détend, et elle améliore votre sommeil. Une vraie berceuse ! Et si vous aviez seulement besoin d’un petit moment de détente ?

Et pourtant, l’ashwagandha ne vous ramollira pas ! Elle améliore elle aussi la libido, augmente la qualité du sperme, ainsi que la fertilité masculine !

Elle mérite également toute votre attention si vous êtes sportif, car elle accroît la masse et le tonus musculaire, ainsi que la vitesse, la force et l’endurance !

Bref, nous avons là une plante véritablement héroïque – et elle est là, disponible sur l’étagère de votre herboriste, à vous faire les yeux doux malgré son nom imprononçable…

C’est une rencontre que vous n’oublierez pas de si tôt !

Le bacopa, un couteau suisse qui fait face à tout

Le Bacopa monnieri, appelée brahmi en Inde, est une des plantes les plus sacrées de l’Inde, et elle tient une place toute spéciale dans l’ayurvéda, la médecine traditionnelle indienne.

A ce titre, elle est utilisée comme neurotonique, contre le vieillissement et en particulier celui du cerveau. C’est donc sur ce sujet que se concentrent la plupart des études scientifiques.

Elles ont découvert des pistes de recherche étonnantes :

  • Une stimulation du fonctionnement des « centrales électriques » des neurones, probablement due à un surcroît d’oxgénation
  • L’amélioration de la mémoire et de la mémorisation à partir de la stimulation hormonale, notamment de la sérotonine
  • Une capacité de protection des neurones, grâce à une capacité détoxifiante sur certains métaux toxiques comme l’aluminium ou le mercure
  • Un effet anti-oxydant grâce à un accroissement de la production de glutathion et à l’apport de vitamines A, C et E

Voilà pourquoi le bacopa suscite beaucoup d’intérêt de la part des médecins authentiquement curieux.

D’une part pour récupérer du stress chronique, des surmenages et même des AVC.

D’autre part pour lutter contre la toxicité qui empoisonnent les cellules cérébrales. Le bacopa pourrait donc être un allié de poids dans la lutte contre Alzheimer et Parkinson… [8]

L’adaptogène n°1 : la rhodiole

Rhodiola rosea est l’une des plantes adaptogènes les plus puissantes. Elle pousse dans des régions extrêmement élevées, entre 1000 et 5000 mètres d’altitude !

Elle est donc l’hormèse faite plante[9].

Elle n’est ni plus ni moins que :

  • Antiâge
  • Anti-inflammation
  • Anti-stress
  • Antioxydante,
  • Antivirale
  • Anticancer
  • Pro-immunité
  • Réparatrice de l’ADN
  • Elle améliore l’adaptation à l’hypoxie, donc les performances sportives
  • Elle réduit significativement l’angiogénèse, c’est-à-dire la capacité des cancers à se nourrir aux dépens du corps.

La rhodiola est la plante adaptogène par excellence, et elle était fréquemment donnée aux athlètes soviétiques et leur était même réservée !

Est-ce que vous, vous avez envie de résister comme un athlète soviétique ? Est-ce que vous êtes prêt pour gagner en endurance psychologique et physique ?

Cette « équipe de rêve » est enfin réunie

Pas facile de choisir entre ces différents remèdes ? Il y en a un qui les contient tous, et il s’appelle le Phytovital.

Le Phytovital concentre toutes ces plantes, sélectionnées et cueillies avec le plus grand soin, afin d’obtenir l’efficacité antistress la plus élevée.

De fait, ce remède peut convenir aussi bien :

  • Dans les périodes de stress intense
  • En cas de déprime et de démotivation
  • En cas de baby-blues
  • Pour améliorer vos exercices et bien sûr, vos performances sportives

Mais aussi pour améliorer votre santé en général !

Si vous vous sentez apathique, intoxiqué, ou simplement blasé. Le Phytovital est un puissant tonique physique et moral !

Il est d’ailleurs idéal durant la saison froide, où il nous donne ce gros coup de pouce dont nous avons besoin pour nous remettre à bouger.

Pour découvrir le Phytovital, il vous suffit de cliquer ici !

En vous souhaitant de profiter pleinement de chaque journée de votre existence !

Dr. Thierry Schmitz

Sources

5 commentaires sur “Les 7 plantes de la résilience

  1. Plantes qui méritent d’être connues et utilisées à bon escient mais quels sont leurs effets secondaires et aussi contre-indications éventuelles sur notre santé ?
    Merci pour votre réponse,

  2. Merci de cette compilation positive d’éléments presque? tous connus.
    Mais il manque pour être sérieux m’indication des effets secondaires, voire des dangers, par avec m insuffisance rénale, de certains de ces produits.
    Mervi d être ptécis.
    J. Réault
    jacky.reault@wanadoo.fr

  3. Merci pour vos information et bravo poru le niveau de vos connaissances
    Je viens d’apprendre que j’ai une DMLA et qu’il n’y a aucun traitement parce que « sèche »
    Responsable associative j’ai besoin de reculer au maximum de temps mes capacités de vision
    -Y a t-il des aliments qui freinent cette dégénerescence, des huiles essentielles, ???
    Merci
    Colette 01 64 91 13 24

  4. Il aurait été intéressant de savoir comment utiliser ces végétaux au lieu d’être simplement orienté vers un produit hors de prix!

  5. Moi je préfère utiliser les plantes bien de chez nous . Pas besoin de chercher midi à quatorze heures parce qu’on a tout ce qu’il faut. Alors ce snobisme de la plante de Petaouchnok moi c’est méfiance méfiance parce qu’il amène avec lui tout son écosystème auquel mon métabolisme n’est pas habitué.

Si vous avez une question sur cet article, vous pouvez la poser ci-dessous.

En raison du nombre important d’inscrits, le Dr Schmitz ne pourra pas vous répondre personnellement. En revanche, il prendra connaissance de votre question et répondra aux questions les plus fréquemment posées et mettant les réponses au dessous l'article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *