Le métal qui stoppe net la fringale (et les 6 étapes pour vous sevrer du sucre)

J’ai le regret de vous l’annoncer…

Le sucre est PARTOUT !

Plats préparés, soupes, boissons, sodas, produits laitiers, vinaigrettes, jambons, pâtisseries : il est dans tout ce que vous ne cuisinez pas directement chez vous.

Si vous retournez n’importe quel paquet ou conserve, vous le verrez écrit sur l’étiquette. Mais jamais de la même façon.

Comment ?

En utilisant pas moins de 56 NOMS : maltodextrine, lactose, dextrose, sirop de glucose, fructose, sirop d’agave, de maïs, de riz, galactose, sucre inverti…

Et tout le monde est littéralement « gavé », dès le plus jeune âge – les compotes pour bébé en sont le meilleur exemple.

Depuis la préhistoire, l’homme cherche à mettre la main sur ce qui est sucré. Car c’est une source extraordinaire d’énergie.

Au départ, il n’y avait que du sucre naturel : le miel (réservé aux plus riches).

Le sucre de canne, arrivé en Europe au Moyen-Âge, puis plus tard cultivé aux Antilles et en Amérique, était également un produit de luxe.

Il a commencé à se retrouver dans les recettes culinaires au XVIIIème siècle, mais il ne s’est vraiment démocratisé qu’après le développement de la culture de la betterave à sucre (au début du XIXéme siècle).

Aujourd’hui, le sucre n’est plus une denrée rare. Au contraire, les aliments où il n’y a pas de sucre sont particulièrement absents dans les supermarchés !

Le sucre, nous en consommons près de 35 KILOS par an et par personne : c’est 4 fois les doses recommandées par l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Selon elle, nous ne devrions pas dépasser 25 grammes par jour. Il suffit donc de boire un soda dans la journée pour dépasser la « dose santé » quotidienne.

Le jus idéal n’existe pas !

Depuis quelques années, les magazines féminins ne jurent que par les smoothie. 

Les smoothies, comme les autres jus de fruits, sont des bombes de sucre.

Sur le papier, c’est préparé avec d’excellents fruits, tout ce qu’il y a de plus naturel !

Mais le sucre reste du sucre, qu’il provienne de la betterave, de la canne, des fruits, des dattes, des figues, du miel…

C’est un savant mélange de glucose et de fructose en quantité variable selon le produit. Tous ont un point en commun : ils élèvent la glycémie, votre taux de sucre dans le sang.  

Qui veut vivre longtemps… ménage son pancréas

Notre taux de sucre dans le sang est régulé par l’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas.

Il est libère à chaque repas, surtout lorsque nous mangeons des sucres alimentaires (glucides) : pain, pâtes, riz, pommes de terre, bonbons, sucreries, jus de fruits sodas…

Si le sucre est une source d’énergie indispensable, en particulier pour le cerveau, il n’est pas traité tel quel par l’organisme. C’est l’insuline qui permet à votre corps de le travailler, afin de redistribuer cette énergie ou de la stocker.

Mais si vous consommez du sucre en trop grandes quantités, vous usez votre pancréas.

Résultat : pour avoir le même effet énergétique, il vous faut consommer énormément de sucres, que l’organisme doit stocker après coup… Cela provoque une prise de poids, voire même parfois de l’obésité.

Lorsque l’insuline est libérée en grandes quantités, les cellules deviennent résistantes et le glucose finit par rester en circulation dans votre sang, à défaut d’être correctement utilisé.

Le diabète devient alors une menace, de même que les maladies cardio-vasculaires.

Une addiction qui rapporte gros

Le cerveau en raffole et considère le sucre comme une récompense.

On comprend alors pourquoi le sucre rend rapidement accro.
Le plaisir qu’il procure est immédiat et nous en redemandons. La sensation de manque est même identique à celle des narcotiques.

Alors, pourquoi l’Etat ne fait rien face à la menace grandissante du sucre ?

Tout d’abord parce que le sucre représente des marchés énormes dans l’agroalimentaire.

Une personne accro est un consommateur idéal car il peut être compulsif. Comme n’importe quel « accro », il ne se lassera jamais. 

Ce n’est pas pour rien que l’industrie agroalimentaire a placé du sucre dans tous les plats préparés

Il n’y a pas si longtemps, le lobby sucrier faisait de la pub pour le sucre auprès des enfants, lors du salon du goût !    

Mais il y a pire.
En 1964, les lobbys sucriers américains ont fait truquer une étude majeure d’Harvard, pour que les problèmes cardio-vasculaires soient associés à la consommation de gras et non de sucre[1].

Dans l’inconscient collectif, l’image est restée : le sucre est une friandise, et le gras est un péché que vous commettez contre votre santé.

Vous voulez arrêter cet aliment devenu mortel ?

On ne se débarrasse pas du sucre si facilement car le manque se fait rapidement sentir.

C’est un véritable sevrage : maux de tête, irritabilité, fatigue, sautes d’humeur sont les principaux symptômes.

Et si dans les jours de déprime, vous vous « vengez » sur la tablette de chocolat ou le pot de glace, cela ne vous rendra pas la vie plus facile, au contraire.

La consommation de sucre augmente les symptômes de dépression et d’anxiété.

Heureusement, vous pouvez vous en libérer.

Pour cela, il faut être méthodique.

Un sevrage en 6 étapes

Je vous propose 6 étapes simples pour vous sevrer du sucre efficacement :

1. Évitez de manger sucré le matin : adieu confiture, jus d’orange, même frais pressé, sirop de Liège, mais aussi croissants et autres viennoiseries. Le matin, on mange des protéines (fromage blanc, fromage, œufs, jambon..), un peu de pain gris, du bon beurre (pas de la margarine).

2. Buvez de l’eau pendant la journée et à l’occasion, des tisanes à la cannelle. Elles sont réputées pour réguler la glycémie.

3. Consommez des glucides complexes (pain, pâtes, riz..) à chaque repas. Si vous mourrez d’envie de sucre, c’est parce que votre corps en réclame. Donnez-lui des glucides à libération lente pour qu’il puisse avoir du glucose régulièrement et sainement.

4. Mangez à 16h une collation sucrée comme un fruit et quelques noix, un yaourt nature dans lequel vous ajouterez une cuillère à café de miel par exemple, 3 dattes ou figues séchées.

5. Limitez vos apports en fruits à 2, maximum 3 portions par jour.

6. Fuyez TOUS les édulcorants, naturels ou chimiques. Ils induisent votre corps en erreur et vous serez encore plus attiré par le sucre par la suite. 

Et en plus de suivre ces 6 étapes, j’aimerais vous parler d’un métal capable de stopper « net » les fringales :

Le chrome vous embellit

Cet oligo-élément est un atout efficace dans le sevrage du sucre. Il limite vos envies, voire les compulsions de cette douceur trompeuse.

Il améliore le fonctionnement de l’insuline, permettant ainsi une meilleure utilisation du glucose.

Les cellules sont ainsi bien mieux approvisionnées en carburant essentiel.

Quel plaisir de réduire les fringales, tout en ayant de l’énergie et un appétit normal !

Si le chrome naturellement présent dans les aliments (bière, foie, noix, germes de blé,..) ne présente aucun danger pour la santé, il ne faut toutefois pas dépasser la dose recommandée.

N’hésitez pas à me faire part de vos expériences ici en commentaire ! Je serai ravi de vous lire.

Dr. Thierry Schmitz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *