phonegate

Scandale Phonegate : surexposés et en danger face aux ondes

Chère lectrice, cher lecteur,

Cette semaine, je voudrais vous parler de quelque chose de véritablement scandaleux.  

Cela pourrait changer complètement notre façon de vivre (et aurait déjà dû le faire, d’ailleurs).

Il s’agit du drame de l’exposition aux téléphones portables, qui nous touche tous ! Quel que soit notre âge ou notre condition sociale. 

Tout le monde fait l’autruche !

Je dois vous dire que cette cause m’alerte depuis plus d’une dizaine d’années, avant même l’arrivée des téléphones dits « intelligents » (tous dotés d’internet, et tous capables de transmettre des flux d’informations extraordinairement puissants).

En effet, si vous regardez des vidéos depuis votre téléphone – et cela arrive maintenant même depuis les messageries en ligne telles que WhatsApp – ce sont des films entiers, des giga-octets qui défilent dans l’air.

Il allait de soi que la puissance électromagnétique de ces appareils, la chaleur qu’ils émettaient faisaient soupçonner un danger pour le corps, notamment pour les fluides, facilement troublés.

Ainsi, je n’ai JAMAIS placé mon appareil téléphonique dans la poche de mon pantalon. Je l’ai toujours gardé éloigné des enfants, et en particulier des nourrissons.

J’ai toujours privilégié le haut-parleur. Le « kit mains-libres », que je trouve personnellement difficile d’usage, doit bien exister depuis une vingtaine d’années. Il s’est grandement généralisé depuis l’interdiction de conduire avec le portable à la main.

Ce n’est donc pas que nous ne savions pas. Nous avons toujours su.

Nous sommes passés de la prévention à la crainte légitime, car les appareils sont désormais devenus très puissants, malgré leur taille réduite. Et l’arrivée de la 5G inquiète encore plus.

Marc Arazi, un médecin héroïque dénonce

Il y a aujourd’hui, comme le défend le médecin Marc Arazi, un PhoneGate1, c’est-à-dire un scandale autour de la fabrication et de l’usage du téléphone portable, qui pourrait changer la face du monde.

D’un côté, le téléphone portable est devenu un objet auquel tout le monde a recours sans arrêt, plusieurs fois, à chaque heure qui passe.

Il accapare une bonne partie de notre attention, et beaucoup d’entre nous y sommes accros, spécialement les adolescents et les jeunes adultes.

De l’autre côté il y a une industrie qui est devenue extrêmement puissante.

Elle est capable de manipuler les médias par la seule publicité qu’elle y place, et les politiques par le prix faramineux de l’achat des bandes passantes, qui se chiffre en milliards.

Ainsi, aux enchères pour la vente des bandes d’ondes 5G, l’Etat français a touché pas moins de 2,8 milliards d’euros de la part des opérateurs2.

Aussi, rappeler des normes sanitaires basiques aux fabricants de téléphone portable, qui représentent la base de cette industrie très lucrative, a été un véritable parcours du combattant.

C’est ce parcours épique que nous raconte le médecin Marc Arazi dans son ouvrage Phonegate3.

Cet ouvrage est passionnant, car il montre très méticuleusement à quel point nos téléphones portables sont dangereux, du simple point de vue de l’exposition électromagnétique. Bien sûr, plus les usagers sont jeunes, et plus ils sont en danger…

Devant cette crise sanitaire qui s’aggrave d’années en années, qui touche aujourd’hui 4 milliards de personnes, l’industrie des télécommunications fait tout pour nier la gravité du danger.

Or il s’agit là d’un scandale certainement plus grave que celui du tabac et de l’amiante réunis.

Ondes mobiles : un danger indiscutable

Les fabricants de téléphone portable font tout ce qui est en leur pouvoir pour qu’on ignore la dangerosité de leurs appareils. Hélas, dans leurs efforts, ils ont le soutien des pouvoirs publics.

  • L’ANFR, l’organisme officiel qui teste les téléphones en France a refusé de rendre publiques ses conclusions sur les appareils qui dépassent le débit d’ondes électromagnétiques autorisé (le « DAS »).
  • Les tests sur le corps sont faits à une distance très éloignée, alors qu’un portable dans une poche ou contre la joue est en contact avec le corps. Cela veut dire que nous sommes soumis à des expositions 10 fois supérieures à celles indiquées, très au-dessus de ce qui est raisonnable pour la santé.
  • Les téléphones sont souvent testés à partir d’appareils donnés par les firmes, et non à partir d’appareils achetés en boutique
  • Il existe des logiciels qui visent à réduire le débit d’ondes lors des phases de test. Il est ainsi très loin d’atteindre le niveau maximum dont est capable l’appareil, en cas de mauvaise réception du signal réseau.
  • L’industrie des télécommunications contrôle les médias, soit directement – par exemple Xavier Niel, le patron de Free, est l’un des principaux actionnaires du Monde – ou indirectement, en finançant la publicité.

Ceci est d’autant plus grave qu’il est aujourd’hui difficile d’avoir une vie sociale sans recourir à ces appareils, et impossible d’avoir une vie professionnelle.

Pourtant, les smartphones causent des dommages réels sur la santé. Les cas des cancers du cerveau les plus agressifs – les glioblastomes – ont plus que quadruplé en France en 30 ans4.

Il y aurait vraisemblablement une incidence des téléphones portables dans le fait que les cancers les plus fréquents chez les 20/49 ans soient des cancers colorectaux, qui sont en constante augmentation chez toutes les jeunes populations occidentales5.

Ceci parce que les jeunes adultes placent systématiquement leurs téléphones portables dans leurs poches, soit au niveau du ventre, soit dans leur pantalon.

Faut-il mettre fin au sans-fil ?

Je reprends ici les termes du finlandais Dariusz Leszczynski, professeur en ingénierie électronique, reproduits dans l’ouvrage :

« En résumé, on sait que les rayonnements émis par les 1G à 4G affectent le développement du cancer du cerveau humain et le développement du cancer chez les animaux par des mécanismes thermiques et non thermiques, déclenchés par l’activation de la réponse au stress cellulaire […]

« En conclusion, les informations recueillies à ce jour sur les effets biologiques et sanitaires des appareils de communication mobile 1G à 5G suggèrent qu’il existe des raisons suffisantes pour appliquer le principe de précaution tel que spécifié par l’Union européenne.

« Alors que le déploiement des nouvelles technologies doit se poursuivre, il est nécessaire de déterminer si tout et partout doit être sans fil.

« En particulier, l’utilisation de la technologie de la fibre optique devrait être considérée comme un remplacement fiable de la technologie sans fil chaque fois que cela est possible ou réalisable. »6

Cette question se pose avec une acuité renouvelée avec la mise en place de la technologie 5G.

5 conseils très simples pour vous protéger des ondes

  • Isolez : les modems actuels, ou « box » peuvent désormais tenir dans des boîtes isolantes. Il existe également des patchs pour réduire l’émission excessive des smartphones sans baisser leur capacité de réception.
  • Eteignez votre téléphone en déplacement, que ce soit dans la voiture, dans le train, en métro. Non seulement il émet très intensément pour capter un signal faible, mais ces émissions sont encore amplifiées par la réverbération interne de l’endroit.
  • Protégez-vous la nuit : éteignez votre box la nuit, ne dormez pas avec le smartphone dans la même pièce que vous et optez pour un réveil mécanique de préférence.
  • Couvrez-vous : il existe aujourd’hui des écharpes qui peuvent protéger la thyroïde des ondes. Les caleçons anti-ondes sont originaux, mais trop coûteux pour l’instant pour un usage quotidien. Quant aux pierres de shungite, cela relève pour moi du paranormal : rien ne vous empêche d’y croire, mais n’en attendez rien de plus qu’un placebo. 
  • Enfin, ne placez votre portable contre votre visage que si vous n’avez pas d’autre choix ! Evitez aussi à tout prix les oreillettes sans fil, elles aussi cancérigènes. Préférez un kit mains libres ordinaire ou tout simplement le haut-parleur. Ils sont très performants aujourd’hui !

Prenez soin de vous,

Dr. Thierry Schmitz


Sources

[1] Le terme PhoneGate vient de la contraction entre l’anglais « Phone », téléphone, et « Gate », raccourci pour parler d’un scandale, sur le modèle du « Watergate », ce scandale d’écoutes téléphoniques illégales, qui a valu à Richard Nixon sa procédure de destitution et sa démission. Ainsi a éclaté en 2015 le DieselGate, ce scandale des émissions nocives dissimulées par Volkswagen sur ses véhicules.

[2] https://www.numerama.com/tech/651985-encheres-5g-ou-en-sont-les-operateurs-dans-lachat-de-nouvelles-frequences.html

[3] https://livre.fnac.com/a15186895/Marc-Arazi-Phonegate-Tous-surexposes-tous-trompes-tous-mis-en-danger-par-nos-portables

[4] Dr. Marc Arazi, Phonegate, Massot Editions, 2020, p.377

[5] https://electrosensible.info/2019/06/03/cancers-colorectaux-le-portable-dans-lequation/

[6] Phonegate, op.cit. p.346

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *