Graisse

Votre bedaine va fondre comme une bougie

Chère lectrice, cher lecteur,

L’autre jour, je me suis regardé dans la glace. Vraiment regardé, et force est de constater que j’avais pris du poids.

Il y a eu la pandémie, bien sûr, et d’autres évènements dans ma vie qui n’ont pas arrangé les choses.

La surcharge de travail, les déplacements fréquents n’y sont pas pour rien, évidemment. Les soucis non plus, cela va de soi.

Nous sommes assez nombreux dans cette situation. Depuis la fin des confinements, quand je sors dans la rue, je vois peu de profils athlétiques, encore moins qu’auparavant.

Je vois surtout des gens trop maigres ou des gens qui ont, comme moi, une bedaine. Chez les hommes comme chez les femmes.

Et cette bedaine — la graisse dite « viscérale », car elle se pose sur le ventre — est à la fois très difficile à faire fondre, et en même temps, très dangereuse.

Le pire danger pour votre santé ?

Il y a deux types de graisse.

La première est la graisse sous-cutanée, qui forme des bourrelets autour du ventre, ces fameuses « poignées d’amour » qui peuvent bien vite devenir d’authentiques bouées.

Avec cette graisse, le corps prend ici une forme de poire. Mais ce n’est pas la plus dangereuse.

Notez que la cellulite fait également partie de ce type de graisse également.

En revanche, Il y a une graisse beaucoup plus dangereuse pour les hommes et les femmes.

Lorsqu’on en a, elle donne l’impression que vous portez un bébé ou qu’un ballon est caché sous votre ventre.

C’est la grosseur en forme de pomme.

La graisse viscérale est appelée ainsi parce qu’elle se stocke entre vos organes.

Elle produit des cytokines, des molécules inflammatoires.

Pire encore, cette graisse favorise le diabète, augmente la tension artérielle et la production de mauvais cholestérol.

Elle est chronique, ce qui veut dire qu’elle vous entraîne vers l’obésité. Et en plus, elle entraîne une baisse de la libido.

Naturellement, les risques sont accrus après 40 ans et augmentent avec l’âge.

Vous pouvez savoir si vous avez un problème de bedaine si votre tour de taille fait 90%, ou plus, que votre tour de hanches.

Mais très honnêtement, si vous avez le souffle court, que vous rentrez sans arrêt votre ventre, que vous sentez que le moindre effort vous épuise… c’est qu’il faut faire quelque chose.

Après tout, qui connaît son état de santé mieux que vous ?

Ce qui est important à savoir, c’est que n’importe qui peut remédier à ce problème, et qu’il ne s’agit en aucun cas d’une fatalité (quel que soit votre héritage génétique de ce point de vue-là).

Comment remettre la santé au cœur de votre vie

Cette question est incontournable. Il y a des péchés mignons dont il faut apprendre à se passer, et c’est vraiment le plus difficile.

Ma passion pour le chocolat par exemple. Si je m’écoutais je pourrais en manger des plaquettes entières, chaque jour !

Si vous aimez boire des coups avec vos amis, et qu’avec l’été, vous êtes incité à y aller tous les soirs, je vous recommande… d’aller vous reposer à la campagne !

Evitez de manger gras, salé et sucré en excès. Evitez évidemment la charcuterie, les fromages et les gâteaux. Favorisez les salades, les légumes, les crudités.

La viande n’est pas à proscrire, mais autant elle donne de l’énergie, autant il faut en dépenser !

Donc un régime carné réclame beaucoup d’exercices. C’est faisable, mais il faut que vous y preniez du plaisir avec une activité que vous pouvez pratiquer avec une durée et des efforts conséquents (mais pas excessifs).

Par exemple, si vous décidez de faire une semaine de randonnée (attention aux chaleurs toutefois), vous devez manger de quoi tenir le coup, cela va de soi.

Le stress, cet ennemi intérieur…

Si vous voulez mincir, c’est aussi une question d’environnement. Le stress joue un rôle considérable dans la formation de la graisse viscérale, car le stress permanent vous fait sécréter une hormone appelée cortisol.

Le cortisol augmente la formation de la graisse viscérale, ainsi que l’appétit pour les aliments très énergétiques.

Hélas, ces périodes de stress correspondent rarement à des périodes d’exercice intense ! Il s’agit plutôt d’une suite de moments difficiles, qu’ils relèvent du travail ou du privé.

D’où l’importance de vous remettre à faire de l’exercice, voire de vous réinscrire à la salle de sport – quel que soit votre âge !

Il est important d’assumer que vous n’êtes pas dans un état de forme optimal. Le mieux est de recommencer à faire des exercices modérés sans vous comparer, ni aux autres, ni à vos anciennes performances.

Avec 30 minutes d’exercices modérés, 5 jours par semaine, vous allez voir que votre graisse va commencer à vous quitter peu à peu… et vous n’aurez aucun regret !

Ces plantes brûlent votre graisse comme une bougie

Pour m’aider dans cette quête pour retrouver la santé (et la forme), j’ai un petit « truc ».

Il s’appelle Adipomin. Je l’ai déjà utilisé il y a quelques années, quand j’ai été confronté à une situation difficile, et cela avait vraiment marché.

Depuis que je l’ai repris, je sens tout de suite la différence, car il m’accompagne dans mon retour à l’effort.

Dans l’Adipomin, il n’y a rien de chimique, seulement une formule savamment composée de principes végétaux, mis au point par une équipe coréenne et française.

Vous y retrouvez des agrumes (citron, pamplemousse, mandarine, orange), ainsi que du kaki, du goji, du thé vert, du guarana, de la mélisse, de l’estragon, du mûrier blanc et du sarrasin

Le principe est simple : ce mélange naturel de plantes est le plus efficace pour stimuler le fonctionnement de votre foie, et l’empêche de se saturer de graisse.

Ainsi le traitement des graisses par votre foie est facilité : le gras est mieux dépensé (en énergie, en cholestérol, en parois cellulaires), moins accumulé, et surtout, cela réduit l’excès de graisses qui, sinon, se déverse dans votre sang.

De fait, votre taux de graisse dans le sang baisse, spécialement les très nocifs triglycérides.

La première fois, en seulement 3 mois, j’avais réussi à perdre 2 kg de graisse abdominale et presque 5 cm de tour de taille !

L’Adipomin, je l’ai donc éprouvé moi-même, et je suis heureux de voir que grâce à lui, mes efforts diététiques et sportifs paient plus vite !

Au plaisir de vous retrouver dans la meilleure des formes,

Dr. Thierry Schmitz

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *