Pour vous libérer des addictions, sortez !

Enfermés par des fausses statistiques ?

Chère lectrice, cher lecteur,

J’espère qu’ils ne nous enfermeront pas à nouveau… et en même temps, je sais bien que les gouvernants européens feront tout pour nous y obliger.

Cela n’a plus rien de sanitaire, c’est uniquement politique. Trop de délinquance, de pauvreté, de contestation sociale… cela fait longtemps que l’argument médical est éculé.

D’ailleurs, j’ignore si vous avez eu la nouvelle, mais je voudrais dès maintenant vous en faire part…

Surtout si vous avez eu le malheur d’écouter les cris d’orfraie du sinistre Olivier Véran nous annoncer que nous allons êtres noyés sous une 4e vague…

Les tests PCR ont été déclarés inefficaces par l’organisme officiel américain du traitement des maladies (CDC).

Ou pour être tout à fait précis, inaptes à différencier la pandémie de symptômes grippaux classiques[1].

Ces tests seront remplacés, dès le 1er Janvier prochain, par d’autres qui seront, d’après l’agence américaine, nécessairement plus fiables.

Doit-on en déduire que chaque petite toux, chaque petite fièvre a pu conduire à des statistiques erronées ?

Doit-on en déduire que nous avons eu affaire à la grippe la plus mal gérée de l’histoire ? Que la pandémie n’est rien d’autre que cela ?

Hélas, c’est bien possible.

Les tests PCR dépendent de la sensibilité qu’on leur donne, et on se le rappelle, les autorités françaises ont préconisé la sensibilité maximale, afin de gonfler les chiffres[2], ce que le gouvernement fait encore, pour terroriser la population.

Mais il y a pire encore que d’être terrorisé, c’est d’être confiné. Car pour supporter cette incarcération, on finit par développer de mauvaises habitudes…

Et si nous profitions de nos derniers instants de liberté pour nous en délivrer ?

Effacez l’ardoise du surmenage !

Si vous travaillez chez vous, il est bien possible que vous soyez arrivé en overdose d’excitants, et spécialement de café.

J’en connais d’autres qui ont développé une réelle accoutumance au thé ou à la tisane, au point de se lever 3 ou 4 fois chaque nuit !

Durant ces mois d’enfermement, chacun faisait comme il le pouvait pour trouver l’énergie de travailler, ou encore pour trouver le sommeil, après une journée à tourner en rond…

Le problème, par exemple, avec le café, le thé et les tisanes, c’est qu’ils sont très diurétiques. Au-delà de l’inconfort nocturne, il y a celui de la perte de magnésium.

Or comme vous avez pu le lire dans ces colonnes, le magnésium est l’une des BASES de votre santé. Et si vous avez des crampes, c’est un indicateur éminent de votre surconsommation.

Pour diminuer vos envies de café… il suffit de dormir

Le café épuise également vos glandes surrénales, ces réserves d’énergie de votre corps, ce qui augmente drastiquement les risques d’inflammation, elles-mêmes cancérogènes sur le long terme.

Voilà pourquoi il est important de diminuer régulièrement vos doses de café dès que la charge de travail diminue elle aussi !

Si vous ne pouvez pas vous passer de café, un le matin et un autre à midi, cela vous donnera tous ses bienfaits antioxydants, sans l’épuisement qui va avec !

Je ne saurais aussi trop vous recommander une petite sieste après le déjeuner, surtout lorsqu’il fait très chaud en été. Les Japonais, malgré leur réputation de bourreaux de travail, en sont très friands !

Le sucre, la plus répandue des addictions

L’addiction au sucre est très difficile à éviter. Le sucre est présent absolument partout, beaucoup plus que l’alcool ou la cigarette, de nos jours.

Voulez-vous un sucre avec votre café ? Vous prendrez bien une petite viennoiserie pour le petit-déjeuner ? Un chocolat avec le dessert ? Une glace ou un beignet sur la plage ?

Le problème est qu’on a vite tendance à compenser les petits tracas ou à terminer les repas sur une douceur, et une douceur en amenant une autre… on se retrouve à manger une moitié de tablette de chocolat !

Il y a encore 40 ans, les problèmes de diabète de type 2 ne concernaient que les personnes qu’à partir de la quarantaine, et plus généralement vers la cinquantaine et après.

Aujourd’hui, avec les « céréales » du petit déjeuner, qui ne sont que des sucres transformés, il y a aujourd’hui beaucoup de préadolescents en situation d’obésité, et le diabète de type 2 frappe dès l’adolescence.

Certaines périodes historiques sont moins faciles que d’autres, et celle que nous vivons n’est pas la plus encourageante, notamment pour la jeunesse. Toutefois, au contraire des autres époques, il n’y a jamais eu autant de sucre raffiné disponible.

Vous allez chez l’épicier en bas de chez vous le soir ? Quelques boîtes de conserve, et des sucres, des sucres, des sucres. Vous me direz, il y a aussi de l’alcool… mais qu’est-ce que l’alcool, sinon du sucre ?

Je ne vous parle pas des stations-service… la seule chose qui n’y contient pas du sucre est l’eau en bouteille. Sinon, tout est gorgé de sucre et de sel.

Bref, dès que vous sortez du cadre de vos habitudes, dès qu’il y a une petite fête, une petite sortie, il n’y a que du sucre.

Si vous voulez diminuer le sucre, je vous recommande, au contraire de la cigarette où il faut se sevrer d’un coup, de diviser par deux.

Vous voulez du gâteau ? Prenez une demi-part. 2 sucres dans le café ce matin ? N’en prenez qu’un. Une demi-tablette du chocolat le soir, remplacez par 4 carrés, puis 2, puis 1.

Ainsi, vous ne foncerez pas dans le mur du diabète. Mieux encore, vous arriverez certainement à le contourner.

Comment se débarrasser des addictions plus sérieuses

Si votre situation est difficile, n’oubliez pas que vous pouvez vous faire aider par un médecin.

C’est d’autant plus appréciable que les addictions les plus sérieuses sont liées à un mode de vie bien particulier, ou à un milieu que l’on fréquente.

L’addiction à la cigarette peut être très nocive sur le long terme, et entraîner les cancers du poumon, de la langue et de la gorge, qui sont encore très délicats à traiter.

Mais dire cela, c’est comme ne rien dire, malheureusement, car tout le monde est au courant. 

Les conséquences du tabagisme sont lointaines pour les fumeurs, car ils commencent à l’adolescence. En outre, les bénéfices immédiats en termes de socialisation et d’image sont incomparables.

Le fait que ce soit dangereux, potentiellement mortel, et cher, donc un luxe : tout ça ne fait que renforcer l’image de « confiance en soi » du fumeur.

Le problème se voit particulièrement dans les situations difficiles, où le fumeur se retrouve à être handicapé, et à tomber malade (pharyngites, bronchites, toux…). Et même malade, il doit continuer à fumer.

Arrêter de fumer est extrêmement difficile, et a été comparé par certains médecins à la difficulté de décrocher de l’héroïne. Ce qui vaut pour la cigarette vaut pour les autres drogues : il faut décrocher d’un coup.

Mais comment compenser ? je vous recommande l’excellent livre d’Allen Carr pour décrocher de la cigarette : elle vaut pour les autres drogues.

Sous l’addiction, nous sommes conditionnés. Le manque physique alimente le manque psychologique et réciproquement.

Il est important de vous reconditionner psychologiquement, et ce livre est très efficace pour cela.

Profitez de la saison chaude, pour changer vos habitudes

Pour l’alcool, la cigarette, les antidépresseurs ou les autres drogues, profitez des grandes promenades à l’extérieur pour décrocher.

D’une part, le soleil et la vitamine D que vous fabriquez représente une véritable source de joie ! La marche aussi est excellente pour le moral et la santé.

C’est surtout en changeant vos habitudes, en restant en mouvement, en retrouvant les plaisirs simples de la marche ou du sport, que vous arriverez à rejeter ce cercle malheureux de l’addiction.

Une bonne randonnée vous redonnera le sourire ! Et sinon, n’oubliez pas le kudzu, la gymnema sylvestris ou la passiflore, elles sont particulièrement recommandées en cas d’envie soudaine et irrépressible de replonger.

Bonne santé à vous,

Dr. Thierry Schmitz


Sources

[1] https://archive.ph/AkmRA

[2] https://www.industrie-techno.com/article/baisser-le-seuil-de-detection-des-tests-rt-pcr-du-covid-19-pour-mieux-depister-les-individus-contagieux.61734

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *